Alliance PTr-MMM: «Difficile de dire de quel côté l’on va trancher», indique Bérenger 

Avec le soutien de
C’est ce lundi 1er septembre que les Mauves devraient prendre une décision quant à une alliance entre Paul Bérenger et Navin Ramgoolam.

C’est ce lundi 1er septembre que les Mauves devraient prendre une décision quant à une alliance entre Paul Bérenger et Navin Ramgoolam. 

Après «on and off», c’est désormais «touch and go». C’est la formule qu’utilise Paul Bérenger pour évoquer toute décision que prendront les Mauves lors de leur bureau politique de cet après-midi, lundi 1er septembre. En effet, c’est aujourd’hui que le MMM devrait trancher la question d'une éventuelle alliance avec le PTr. 
 
En fait, à hier soir, les informations qui ont transpiré laissent comprendre que des trois points litigieux qui opposent Paul Bérenger, leader du Mouvement militant mauricien (MMM), à Navin Ramgoolam, leader du Parti travailliste, un seul serait encore un obstacle à la conclusion d’une alliance. Il s’agit de la question du partage des pouvoirs entre Premier ministre et président dans une IIe République, selon nos recoupements. D’après des sources proches de la haute hiérarchie des Mauves, Paul Bérenger se montre peu enclin à céder sur la question, exigeant que le Premier ministre conserve tous les pouvoirs qu’il possède actuellement.
 
Selon nos recoupements, c’est principalement le leader adjoint du parti, Alan Ganoo, qui s’est chargé de l’élaboration des contre-propositions qui devraient être faites au Premier ministre, nommément sur les trois points de désaccord. Il y a consacré tout le week-end.
 
Il semble que son travail ait payé en partie car, à hier soir, diverses sources indiquaient qu’un terrain d’entente entre les deux leaders était possible. Selon nos sources, Navin Ramgoolam se serait rétracté sur la venue d’un panel d’experts internationaux pour se pencher sur une IIe République et la réforme électorale devrait être appliquée dès que les élections auront été tenues. La question du rôle diplomatique du président ne devrait pas, non plus, poser  problème.
 
C’est sur le point sensible des pouvoirs dévolus au Premier ministre que Navin Ramgoolam et Paul Bérenger doivent  trouver un  de compromis acceptable. Selon nos recoupements, les propositions de Navin Ramgoolam impliquent qu’une partie des pouvoirs qui incombent actuellement au Premier ministre lui soit enlevée pour revenir au président dans une IIe République. Or, Paul Bérenger martèle qu’ils s’étaient déjà mis d’accord sur le fait qu'un PM  éventuel conserverait tous les pouvoirs actuels, bien qu'il soit normal que le président en acquière de nouveaux.
 
Si Paul Bérenger campe sur sa position, il nous revient,selon les indications venant du camp mauve, que Navin Ramgoolam devra se rétracter sur la question, au risque de voir capoter une fois de plus les négociations sur  une alliance rouge-mauve. S’il ne le fait pas, on se dirige vraisemlablement vers une impossibilité d’entente. 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires