Chez le ministre Seetaram: une sentinelle a failli se prendre une balle avec l’arme de service

Avec le soutien de
Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

Le coup est parti lorsqu’ils faisaient le «handing over» d’une arme de poing, un banal exercice effectué chez toutes les personnalités de l’État bénéficiant des services d’une sentinelle. Ce policier affecté au gardiennage de la résidence du ministre Jim Seetaram, à Henrietta, était venu prendre la relève hier après-midi, jeudi 28 août. Fort heureusement, la balle s’est logée dans un mur.

Cela n’a cependant pas empêché la police de Vacoas d’ouvrir une enquête sur cet incident, car il aurait pu avoir de fâcheuses conséquences. Placée sous la responsabilité du chef inspecteur Jean- Claude Ramsay, elle devra déterminer si le policier du premier tour de garde n’a pas été «négligent». À savoir s’il a vérifié que le cran de sûreté de l’arme était bien enclenché. Il pourrait faire l’objet de mesures disciplinaires.

Le dernier incident de ce type remonte au 19 septembre 1995, en la résidence de Cassam Uteem, alors président de la République, à Mare-Gravier, Beau-Bassin. Le policier Anil Outim, 23 ans, avait reçu une balle en plein front lors de ce qui a été qualifié de fausse manœuvre par les Casernes centrales. Le malheureux était venu déposer un collègue, qui allait relever la sentinelle, lorsque le drame est survenu.

Ce n’est qu’en mars 2004 que l’État a reconnu ses torts dans cette affaire. Il a versé Rs 600 000 aux parents d’Anil Outim, qui réclamaient des dommages de Rs 10,4 millions.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires