Rashid Imrith: «L’augmentation salariale doit être automatique dans la fonction publique»

Avec le soutien de
Face à la presse, ce jeudi 28 août, Rashid Imrith, président de la Federation of Public Sector and Other Unions, a présenté les propositions soumises dans le cadre du PRB.

Face à la presse, ce jeudi 28 août, Rashid Imrith, président de la Federation of Public Sector and Other Unions, a présenté les propositions soumises dans le cadre du PRB. 

Alors que les consultations se poursuivent en marge de la publication du prochain rapport du Pay Research Bureau (PRB), c’était au tour de la Federation of Public Sector and Other Unions (FPSOU) de soumettre ses propositions, ce jeudi 28 août. Parmi celles-ci, au nombre de 33, l’augmentation salariale des fonctionnaires.

«Pour le moment, c’est lié au Performance Management System. Or, selon un jugement rendu par le Permanent Arbitration Tribunal en septembre 2005, il est stipulé que l’augmentation salariale doit être automatique, comme c’est le cas pour le salaire et le bonus de fin d’année», souligne Rashid Imrith,  président de la FPSOU. Dans le même souffle, il demande que le taux de l’augmentation salariale passe de 2, 5% à 6 %.

Autre proposition : un salaire minimal de Rs 16 000. «En attendant que l’Etat termine cet exercice qui va déterminer le salaire vital, le PRB pourrait avoir recours au Household Budget Survey et la moyenne des dépenses mensuelles pour déterminer un mini salaire», souligne le syndicaliste. Il demande aussi à ce que ceux qui perçoivent un salaire minimal aient droit à un prêt au taux préférentiel de 4% pour la construction de leur maison et à un subside de Rs 50 000 pour la dalle. «L’Etat doit trouver une politique d’équité.»

Et, selon la FPSOU, les casual leaves devraient passer de 11 à 21 jours. Aussi, les congés non utilisés devraient être remboursés au mois de mars de l’année suivante. Un remboursement est également réclamé dans le cas des vacation leaves ou des passage benefits non utilisés. «Le gouvernement ne devrait pas imposer de taxe sur ce remboursement», précise Rashid Imrith. La fédération demande, par ailleurs, à ce que les congés de paternité soient considérés comme  étant indépendants des vacation leaves.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires