La FDGDON prône la réduction de produits chimiques dans l'agriculture réunionnaise

Avec le soutien de

Une agriculture plus bio qui protège les consommateurs... C'est ce qu'encourage la FDGDON (Fédération de défense contre les organismes nuisibles) de La Réunion en proposant des accompagnements techniques de "production biologique intégrée" (PBI) aux agriculteurs. 


Une conférence de presse s'est tenue ce mercredi chez un agriculteur à Saint-Pierre, afin de rappeler le nouveau projet de loi du plan "Ecophyto" autour de la réduction de produits chimiques dans les cultures et l'accompagnement que propose la FDGDON-Réunion aux agriculteurs intéressés. 



La tomate a été l'exemple choisi pour illustrer une PBI réussie, mais elle est utilisée sur d'autres fruits, comme la mangue. "La tomate est un produit local en grande production que l'on trouve énormément dans la cuisine réunionnaise, explique Gérard Canabady, président de la fédération,elle connaît beaucoup de problèmes de bactéries et d'insectes qui peuvent être réglés en utilisant beaucoup moins de produits chimiques".

Car il ne s'agit pas encore de cultures totalement bio."L'agriculteur chez qui nous sommes a pu réduire ses traitements chimiques de trois à un par récolte (une période de quelques semaines, ndlr), affirme Gérard Canabady, ce qui est impressionnant. Ça a pris plusieurs années mais il y est arrivé". 



De nombreuses techniques sont possibles. Parmi elles, existe la"micro-guèpe", un insecte de quelques millimètres de long qui s'attaque à tous les autres insectes. 



Cela fait une quinzaine d'années que FDGDON a lancé la PBI. "Avant le bio était un atout, un plus... maintenant c'est pratiquement obligatoire. C'est comme si notre travail de longue haleine a été reconnu".

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires