Duval: «Bérenger pourrait être derrière la publication des photos du PM et de Soornack»

Avec le soutien de
Le leader des Bleus s’en est vivement pris à Paul Bérenger lors d’un point de presse ce mercredi 27 août.

Le leader des Bleus s’en est vivement pris à Paul Bérenger lors d’un point de presse ce mercredi 27 août.

La publication des photos de Navin Ramgoolam en compagnie de Nandanee Soornack continue à faire couler beaucoup d’encre. Et c’était au tour du leader du PMSD de commenter cette affaire, ce mercredi 27 août. Lors d’une conférence de presse, Xavier-Luc Duval a indiqué qu’il ne «serait pas étonné que Paul Bérenger soit derrière tout cela». Toutefois, précise-t-il, «je dis cela sans mettre en doute l’indépendance de l’express» qui a, selon lui, fait un travail d’investigation journalistique.

Selon le leader des Bleus, les institutions devraient avoir le pouvoir d’enquêter sur des cas de favoritisme allégués. Mais, ajoute-t-il, la Prevention of Corruption Act (PoCA) ne définit pas correctement le «related party» de manière à permettre aux institutions d’agir. Il devait insister sur le fait que le Serious Fraud Office doit couvrir cela quand il entrera en vigueur.

>  Xavier-Luc Duval s'exprimant sur les photos montrant Navin Ramgoolam

en compagnie de Nandanee Soornack.

Xavier-Luc Duval a, lors de son allocution ce mercredi, vivement critiqué le leader de l’opposition. «Paul Bérenger pa kompran laverite bann chiffres», soutient-il en réponse à ce dernier qui avait avancé, lors de son point de presse hebdomadaire, qu’il y aurait eu une manipulation au niveau des chiffres quand Xavier-Luc Duval était ministre des Finances. Ce que ce dernier réfute.

Selon Xavier-Luc Duval, «la pire performance au niveau des Finances a été notée entre 2001 et 2003, notamment lorsque Paul Bérenger était ministre des Finances». Il ajoute que «même Bheenick était mieux que lui en tant que ministre».

>Le leader des Bleus a vivement critiqué la performance de Paul Bérenger au ministère des Finances.

Commentant la situation politique actuelle, le leader des Bleus indique que «nou pe subir enn agression verbale de la part de Bérenger». Selon lui, il serait «dangereux» pour le pays si Paul Bérenger se retrouve au gouvernement. «Si PTr ek MMM fer alliance, pou ena enn gouvernman bokou plis autoriter ek totaliter ki avan.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires