Sommet de la COI: le développement durable dans l’Indianocéanie au menu de la conférence des Nations unies de Samoa

Avec le soutien de
Les chefs d’Etat et de gouvernement de la Commission de l’océan Indien se sont réunis lors du 4e Sommet de la commission à Moroni, aux Comores.

Les chefs d’Etat et de gouvernement de la Commission de l’océan Indien se sont réunis lors du 4e Sommet de la commission à Moroni, aux Comores.

La connectivité, le développement durable, les dérèglements climatiques… Les chefs d’Etat et de gouvernement de la Commission de l’océan Indien (COI), réunis hier, samedi 23 août, à Moroni, aux Comores, ont abordé plusieurs sujets touchant l’Indianocéanie. Parmi ceux-ci figure le développement durable.

Les chefs d’Etat, qui disent être «conscients de la grande vulnérabilité de nos îles et de son impact sur leur développement, s’associent pleinement à la mobilisation mondiale en faveur des Petits Etats insulaires en développement qui culminera, en septembre 2014, avec la Conférence des Nations unies de Samoa», peut-on lire dans un communiqué émis hier. Ils encouragent, par ailleurs, le Secrétaire général à plaider en faveur d’une prise en compte de la situation spécifique des Petits Etats insulaires en développement (PEID) dans l’agenda mondial pour le développement post-2015 et plus généralement dans les instances des Nations unies.

Selon eux, la conférence de Samoa doit porter un message sans ambiguïté sur la lutte contre le dérèglement climatique afin de contribuer à l’adoption d’un accord ambitieux et applicable à tous lors de la vingt-et-unième Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques qui se tiendra à Paris en décembre 2015. «Cet accord devra permettre de limiter l’augmentation moyenne de la température mondiale en dessous de 2°C par rapport aux niveaux pré-industriels et traiter de manière équilibrée la réduction des émissions de gaz à effet de serre et l’adaptation au dérèglement climatique.»

Navin Ramgoolam en compagnie du président français François Hollande aux Comores.

 
 

Les chefs d’Etat et de gouvernement de la COI ont aussi parlé de l’importance pour l’Indianocéanie d’améliorer la connectivité globale de la région, qu’il s’agisse de desserte maritime, déterminante pour le commerce, de desserte aérienne, pour le tourisme et les affaires, ou de connectivité numérique, pour les entreprises, l’investissement et le transfert de technologies.

 Le Premier ministre lors de son allocution au Sommet de la COI.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires