Depuis l’année dernière: la terrasse de l’aéroport toujours fermée au public

Avec le soutien de
Quelques semaines seulement après l’ouverture de la nouvelle aérogare à Plaisance, en septembre dernier, la terrasse a été fermée au public. Celle-ci se trouve non loin de l’un des restaurants qu’opère «Airway Coffee». © KRISHNA PATHER

Quelques semaines seulement après l’ouverture de la nouvelle aérogare à Plaisance, en septembre dernier, la terrasse a été fermée au public. Celle-ci se trouve non loin de l’un des restaurants qu’opère «Airway Coffee». © KRISHNA PATHER

Un «bijou» pour les membres du public. C’est ainsi que le gouvernement décrivait la terrasse de la nouvelle aérogare à Plaisance. Or, quelques semaines seulement après son ouverture, en septembre 2013, l’accès en a été interdit. À ce jour, le public ne peut toujours pas y accéder. L’express a vainement sollicité les responsables de l’aéroport pour une explication.
 
Et, contrairement à ce qu’a affirmé Nita Deerpalsing, mardi, lors d’un débat avec le rédacteur en chef de l’express, Raj Meetarbhan, sur les ondes de Radio Plus, il n’y a aucune réponse parlementaire concernant cette fermeture. Lors de cette émission pour débattre des raisons de la publication par l’express des photos de Navin Ramgoolam à une fête privée chez la femme d’affaires Nandanee Soornack, un auditeur avait interpellé la députée : «Eski se akoz Madam Soornack ki enn parti aeropor ferme ?» Un couloir qui mène à la terrasse se trouve, en effet, non loin de l’un des restaurants du groupe d’Airway Coffee, dont Nandanee Soornack est l’une des directrices.
 
La responsable de l’aile jeunes du Parti travailliste devait répliquer : «Fini repon dan parleman. Se sa le problem. Kan gagn informasyon dan parleman, pa pe publie. Pe publie zis palab…». Nita Deerpalsing se fourvoie.
 
Une question avait bel et bien été adressée au Premier ministre, le 8 avril, par le député du MSM, Ashit Gungah. Il lui avait demandé pourquoi cette terrasse était fermée et si l’Airports of Mauritius Ltd comptait l’ouvrir au public.
 
Mais comme la tranche consacrée au Premier ministre était écoulée, il n’y a pas eu de réponse orale. Selon la procédure parlementaire, une réponse écrite aurait dû être déposée. À hier après-midi, il n’y avait aucune réponse écrite déposée à ce sujet.
 
Interrogé par l’express, Ashit Gungah a révélé qu’il attendait toujours la réponse, le Bureau du Premier ministre ne l’ayant jamais soumise. «Le gouvernement a dépensé Rs 14 milliards des fonds des contribuables, mais la terrasse est restée fermée. J’ai reçu beaucoup de doléances à ce sujet. D’où ma question», dit-il.
 

Aucune explication

 
L’express a sollicité l’Airports of Mauritius Ltd et l’Airport Terminal Operations Ltd (ATOL) pour une explication. On nous a fait comprendre que les membres de la direction ne sont pas disponibles. Dans l’édition de l’express du 15 octobre 2013, la direction d’ATOL avait avancé qu'une décision avait été prise de procéder à des modifications dans l’aérogare devant l’afflux du public.
 
Par ailleurs, la location des emplacements à Airway Coffee, à l’aéroport, a aussi suscité des interrogations. À la radio mardi, Nita Deerpalsing a déclaré que toutes les réponses sont dans le Hansard (compte rendu officiel du Parlement) suivant une question du député Mahen Jhugroo, datant du 19 novembre 2013, et que l’express n’avait pas publié la réponse. C’est faux. À la page 2 de l’édition du 20 novembre 2013, l’express titrait: «Ramgoolam explique l’allocation des espaces commerciaux à l’aéroport».
 
À aucun moment dans la réponse, il n’y a eu d’explication sur la façon dont Airway Coffee a obtenu le contrat à l’aéroport. Navin Ramgolam avait indiqué qu’ATOL avait décidé d’allouer, sous de nouvelles conditions, les emplacements aux opérateurs qui occupaient l’ancien bâtiment.
 
Mahen Jhugroo et Pravind Jugnauth lui avaient alors demandé, par le biais de questions supplémentaires, pourquoi il n’y avait pas eu d’appel d’offres. Navin Ramgoolam avait fait ressortir que les opérateurs avaient de l’expérience et que comme ils étaient déjà dans l’ancien bâtiment, il était plus juste de leur octroyer de nouveaux emplacements. Il n’a jamais mentionné Airway Coffee.
Publicité
Publicité

Au cœur de cette affaire sous les feux de l’actualité: des photos. Celles de Navin Ramgoolam dansant avec Nandanee Soornack, une activiste rouge, publiées en Une de l’express durant le week-end du 13 au 14 septembre. Depuis, les réactions se sont succédé. A commencer par la conférence de presse du PTr condamnant le groupe La Sentinelle.

Cette affaire dépasse le cadre d’une simple danse entre un PM et une activiste. Pour mieux en comprendre les implications, voici une compilation des articles publiés. 

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires