Affairisme d’Etat : guerre entre courtisans dans le pré carré du Premier ministre

Avec le soutien de

Airway Coffee à l'aéroport dont 75 % de l’actionnariat est détenu par Nandanee Soornack et le fils de celle-ci, Akshawv Aditish Oogarah.

Une guerre intestine entre courtisans se déroule ces jours-ci dans l’entourage du Premier ministre. Rakesh Gooljaury, l’homme qui garde les clés du campement de Navin Ramgoolam, à Roches-Noires, ne serait plus dans les petits papiers de ce dernier à la suite d’une affaire de transfert de fonds litigieux. Ce, au sein de la société Airway Coffee dont 75 % de l’actionnariat est détenu par Nandanee Soornack et le fils de celle-ci, Akshawv Aditish Oogarah.

Après des pertes de Rs 119 630 en 2010 pour un chiffre d’affaires de Rs 4,9 millions, Airway Coffee a carrément décollé l’année suivante avec un turnover de Rs 90 454 127. En 2012, des profits de Rs 16 185 000 ont été partagés entre Nandanee Soornack et Rakesh Gooljaury. Des consignes strictes auraient été données en haut lieu pour couper les ailes à cet homme qui s’est hissé dans le Top 100 Companies de Maurice grâce à Fashion Style, société représentant des marques telles qu’Armani Jeans, Esprit,Hugo Boss, Mango, PoloRalph Lauren et Tommy Hilfiger, entre autres. Et également au niveau de ses transactions foncières.

Jusqu’ici, outre des contrats obtenus à l’aéroport, cet habitant de Petit-Verger, Saint-Pierre, est connu pour avoir bénéficié d’un terrain déclassifié dans la cyber cité d’Ébène grâce à ses relations. L’immeuble qu’il a commencé à y construire a été revendu à la State Insurance Company of Mauritius Ltd– présidée par Kushal Lobine – pour la somme de Rs 600 millions.

Cette guéguerre dans le cercle du chef du gouvernement, apprenons-nous de sources concordantes au sein du Parti travailliste et du Mouvement militant mauricien, tournerait également autour de l'arrivée d’une nouvelle écurie au sein du MauritiusTurf Club. La nouvelle publiée dans la presse sous- entendant que cette écurie servirait de paravent à Nandanee Soornack aurait irrité l’entourage de Navin Ramgoolam. Or, les chevaux courant sous les couleurs de cette écurie n’appartiendraient pas à la femme d’affaires. Ce qui expliquerait, pour beaucoup, pourquoi Navin Ramgoolam et Nandanee Soornack auraient été en froid avec le patron de Fashion Style.

Toutefois, selon ces mêmes sources, Rakesh Gooljaury aurait tenté de convaincre le chef du gouvernement qu’il y a eu des tentatives de manipulation de la part de certaines personnes dans son entourage pour tenter de le clouer au pilori.

Avec la diffusion samedi et dimanche des images de la fête réunissant Navin Ramgoolam et Nandanee Soornack, la liste des personnes qui y étaient présentes a été passée au peigne fin par le service de renseignements, aidé par un conseiller au bureau du Premier ministre et des dirigeants d’un groupe socioculturel qui bénéficient également des largesses de l’État. Des journalistes de certaines rédactions ont été approchés de manière subtile pour tenter d’identifier l’auteur de ces clichés.

Publicité
Publicité

Au cœur de cette affaire sous les feux de l’actualité: des photos. Celles de Navin Ramgoolam dansant avec Nandanee Soornack, une activiste rouge, publiées en Une de l’express durant le week-end du 13 au 14 septembre. Depuis, les réactions se sont succédé. A commencer par la conférence de presse du PTr condamnant le groupe La Sentinelle.

Cette affaire dépasse le cadre d’une simple danse entre un PM et une activiste. Pour mieux en comprendre les implications, voici une compilation des articles publiés. 

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires