Alliance PTr-MMM «on» : les points en suspens

Avec le soutien de

Le leader de l’opposition (à g.) et le chef du gouvernement veulent regarder dans la même direction pour les prochaines élections législatives. 

A l’issue d’une énième séance de «koz koze» à Clarisse House hier, jeudi 14 août, c’est un leader de l’opposition tout sourire qui a admis que l’alliance rouge-mauve est en voie d’être finalisée. «Il reste des points à discuter. Nous sommes tombés d’accord que les discussions reprendront au retour du Premier ministre du sommet de la Commission de l’océan Indien», indique Paul Bérenger. «Les discussions ont beaucoup avancé et il reste quelques points à peaufiner», a, lui, confié le chef du gouvernement à ses communicants.

En attendant que Navin Ramgoolam et Paul Bérenger accordent de nouveau leurs violons, le projet d’alliance devra de nouveau passer comme une lettre à la poste auprès des instances du MMM, soit le comité central ce samedi, le bureau politique lundi et l’assemblée des délégués à la fin du mois. Comme d’habitude, indique-t-on, tant au PTr qu’au MMM, les instances des deux partis voteront en faveur de ce rapprochement sauf si un «macadam» émerge entre-temps.

L’un des points de discorde entre les deux éventuels alliés pourrait ainsi être la composition du front bench du futur gouvernement PTr-MMM. Il n’est un secret pour personne dans les deux camps qu’un lobby tente un forcing afin qu’Alan Ganoo soit le no 4 du futur gouvernement, le leader adjoint du MMM ayant été l’ardent architecte de cette alliance.

Si tel est le cas, cela bousculera bien évidemment les calculs de Paul Bérenger qui a promis qu’un musulman, en l’occurrence Reza Uteem, serait le no 3 de ce gouvernement, avec lui-même comme vice-Premier ministre. Et Navin Ramgoolam comme Premier ministre avant qu’il n’émigre au Réduit à la faveur d’une deuxième République.

Partage de tickets

Si Paul Bérenger est vice-Premier ministre et Alan Ganoo no 4, les données devraient donc changer avec l’accession d’un candidat travailliste musulman au rang de no 3. Reste aussi la question du leadership au PTr avec Navin Ramgoolam au Réduit : les Vaish ne voudront sans doute pas d’un Baboojee, en l’occurrence Arvin Boolell, comme chef…

Autre macadam : avec Navin Ramgoolam comme Premier ministre, dit-on dans les deux camps, le partage de tickets devrait être de 31-29 au lieu des 30-30 annoncés par Paul Bérenger. Le chef du gouvernement a déjà expliqué qu’il doit avoir une majorité à l’Assemblée nationale, sans doute par crainte d’un coup fourré. Le MMM devra ainsi aligner un candidat dans la circonscription no 5 lorsque Navin Ramgoolam démissionnera pour occuper le fauteuil de président de la République,respectant du coup le principe d’un  partage équitable des tickets.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires