Budget: la FTU réclame l’abolition de la taxe sur les denrées alimentaires

Avec le soutien de

Face à la presse, ce lundi 11 août, Atma Shanto a soutenu que les familles les plus démunies ont de plus en plus de mal à subvenir à leurs besoins en nourriture. 

La hausse rapide de prix des denrées alimentaires fait que les familles se trouvent dans l’obligation de dresser une liste très sélective quand elles vont dans des commerces pour s’acheter de la nourriture. C’est ce qui a poussé la Fédération des travailleurs unis (FTU) à faire une proposition inédite en prévision du budget, lors d’un point de presse à Port-Louis, ce lundi 11 août.

En contrepartie, le président de la FTU est d’avis que le gouvernement devrait augmenter la taxe sur les jeux de hasard et les paris. Il se dit également en faveur de l’application de la taxe aux Independent Power Producers (IPP) qui fabriquent de l’énergie à partir du charbon, «dans le cadre du projet Maurice île durable».  

Au chapitre des travailleurs du secteur privé, la FTU réclame la mise sur pied de nouveaux Remuneration Orders pour les secteurs émergents tels que les BPO et les entreprises engagées dans le landscaping. La fédération souhaite également la publication du rapport du National Remuneration Board tous les trois ans, «comme cela se fait tous les cinq ans pour les employés du secteur public», souligne Atma Shanto.

Introduction du salaire minimal et abolition du certificat de moralité

Le président de la fédération réitère également sa demande par rapport à l’introduction d’un salaire minimal. Et la FTU s’est encore une fois prononcée contre le fait que les employeurs du secteur privé demandent que les candidats à un poste éventuel aient à présenter un certificat de moralité. 

«D’une part, on parle de la réhabilitation de ceux ayant fait de la prison, et de l’autre, cette pratique les empêche d’avoir accès au travail», soutient Atma Shanto. Ce dernier pense également que les pensionnaires devraient bénéficier d’une compensation salariale.

Déplorant la répression syndicale dans le secteur privé, la FTU propose que les officiers attachés à la Human Rights Commission soient formés et postés dans les bureaux régionaux de l’emploi, afin de pouvoir mieux aider les représentants syndicaux.

Par ailleurs, pour valoriser le combat pour les droits humains, commémoré par une journée mondiale en décembre chaque année, «chaque employé doit bénéficier de 45 minutes de time-off payant», affirme le président de la FTU.

Atma Shanto a aussi fait une sortie virulente contre les nominations politiques. Selon lui, il est «grand temps que le gouvernement mette un frein» à cette pratique. Il estime par ailleurs que l’approvisionnement en eau et le transport public doivent rester la responsabilité de l’Etat.

Enfin, le syndicaliste a déclaré que «les accords entre le CEB et les IPP ne peuvent rester confidentiels car on parle de l’argent des contribuables. Il faut de la transparence».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires