Ile de La Réunion : L'activité des députés réunionnais à la loupe

Avec le soutien de

577 élus au Palais Bourbon et parmi eux sept députés de la Réunion passés en revue. Rien n'échappe au site de contrôle citoyen Nosdeputes.fr qui met à jour quotidiennement l'activité des députés de l'hémicycle.

Le site Nosdeputes.fr fait le bilan de l'assiduité de nos représentants à l'Assemblée nationale. Les vacances parlementaires sont l'occasion de faire un bilan et voir quels députés réunionnais brillent par leur assiduité, leur activité ou au contraire par leur absence ? 

Si l'on s'en tient au strict critère de leur présence sur les bancs de l'Assemblée nationale, Monique Orphé (20 semaines) et Jean-Claude Fruteau signent de très belle manière leur assiduité aux (longs) débats parlementaires.   

Les derniers du classement, à savoir Jean-Jacques Vlody (9 semaines) et Patrick Lebreton (8 semaines) pourront toujours mettre en avant les autres critères retenus par le site citoyen.   

Les deux députés sudistes ont participé à l'adoption d'amendements et, pour le maire de Saint-Joseph, à l'élaboration d'un rapport commandé par le Premier ministre. Mais sur la quasi-totalité de la grille de comparaison, ils arrivent bons derniers du classement des députés péi. 



Première de la classe: Monique Orphé 


D'autres, excellent dans l'art oratoire. C'est le cas de Thierry Robert et d'Huguette Bello qui ont pris la parole lors des séances des questions au gouvernement à quatre reprises durant l'année parlementaire écoulée. La députée et ex-maire de Saint-Paul affiche le plus grand nombre de questions écrites au gouvernement. 18 contre 13 pour Ericka Bareigts, qui voit donc sa collègue socialiste du Nord, Monique Orphé, occuper le haut du palmarès parmi tous les députés réunionnais. 

Etre la députée péi la plus assidue ne lui suffit pas. Monique Orphé demeure, à égalité avec Jean-Claude Fruteau mais loin devant les autres, la députée qui est intervenue le plus souvent en commission parlementaire. Elle est également l'auteure de deux rapports parlementaires durant cette session parlementaire. 

Les plus mal classés pourront toujours objecter que l'assiduité au Parlement n'est pas le critère qui définit le mieux un député. A commencer par le travail qui ne se quantifie pas comme les rencontres de terrain ou les rendez-vous en permanence. Les cumulards ont, eux, une excuse toute trouvée. Eternel débat.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires