Vives tensions à Goodlands: une tabagie incendiée, un suspect arrêté

Avec le soutien de
 Un groupe d’habitants de Cité Ste-Claire montrant hier soir, dimanche 3 août la tabagie de Jacquelin Juliette qui a été incendiée.

Un groupe d’habitants de Cité Ste-Claire montrant hier soir, dimanche 3 août, la tabagie de Jacquelin Juliette qui a été incendiée. 

La police anti-émeute a eu fort à faire à Cité Ste-Claire, à Goodlands, hier soir, dimanche 3 août. Plusieurs équipes de la Special Supporting Unit (SSU) ont été appelées pour assurer la sécurité de deux familles après de violents affrontements qui y ont éclaté peu après 16 heures.

Deux groupes proches de ces deux familles qui entretiennent des liens de parenté en sont venus aux mains après «l’agression» d’un adolescent de 14 ans. Celui-ci venait d’essuyer quelques gifles d’un «cousin» et son entourage, en guise de rétorsion, a voulu régler son compte à l’indélicat une heure plus tard.

Dans la bagarre, une tabagie installée dans une roulotte et appartenant au demi-frère de l’adolescent, Jacquelin Juliette, a été incendiée. «Quand les pompiers sont arrivés, il était déjà trop tard. J’ai pu sauver mon réfrigérateur mais il a été endommagé par des jets de pierre», déplore cet homme de 27 ans qui évalue les dégats à Rs 75 000.

Ce n’est que vers 21 h 30 qu’un calme apparent s’est installé dans la localité. La police de Goodlands et la SSU ont, dans l’intervalle, arrêté un habitant de Stanley lors d’un «stop  check». Il circulait avec des gros bras et le coffre de son véhicule était rempli d’armes blanches, dont des sabres. Les hommes du Divisional Commander p.i. de la Northern Division, le surintendant Domah, ont eu fort à faire dans le quartier pour calmer les esprits. «On a fait appel à la compréhension de tout un chacun», a confié un haut gradé peu après 22 heures.

Après avoir essayé de régler l’affaire à l’amiable, les deux parties ont décidé de consigner une déposition. Deux enquêtes ont été ouvertes pour agression et crime d’incendie et plusieurs protagonistes ont été entendus hier soir.

Les services de renseignement de la police ont procédé également à des collectes d’informations auprès des personnes qui n'habitent pas le quartier mais qui ont participé à cette bagarre.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires