Guimbeau: «Je ne suis pas contre le profit, mais il faut faire des profits raisonnables»

Avec le soutien de
Eric Guimbeau a indiqué que le MMSD n’est pas «fezer» au point de vouloir se présenter seul aux élections générales.

Eric Guimbeau a indiqué que le MMSD n’est pas «fezer» au point de vouloir se présenter seul aux élections générales.

«Nous croyons dans la démocratisation de l’accès aux finances.» Eric Guimbeau, le leader du Mouvement mauricien social démocrate (MMSD), a présenté ce vendredi 1er août la seconde partie du programme électoral du parti, à Forest-Side. Un programme grandement axé sur un meilleur partage du gâteau économique et financier.
 
Après avoir plaidé la cause des planteurs de canne et des pêcheurs artisanaux précédemment, le député s’est attaqué cette fois-ci au secteur financier. «Je ne suis pas contre le profit, mais il faut faire des profits raisonnables», a-t-il affirmé, tout en s’indignant contre les «profits indécents».
 
Il s’est principalement attaqué aux banques, en demandant l’application «au plus vite» du Task Force réalisé par la Banque de Maurice (BoM) à ce sujet. S’appuyant sur ces recommandations de la Banque centrale, il a soutenu que 19 charges financières bancaires doivent «être abolies tout de suite, et au moins 13 autres dans un deuxième temps». Il a aussi parlé d’une dizaine de clauses contractuelles qui «doivent être revues immédiatement».
 
Eric Guimbeau en a profité pour plaider pour plus de transparence et d’accessibilité au langage bancaire, que de nombreuses personnes auraient énormément de mal à comprendre, selon ses dires. «99 % dimoun pa konpran langaz labank, a-t-il fait ressortir. Il faut un langage simple avec des phrases courtes, accessibles à tous.» Il demande aussi la nomination d’un Ombudsperson pour assister la population sur les questions d’ordre financier.
 
Toujours dans le secteur bancaire, le leader du MMSD a demandé la réduction des frais sur les cartes de crédit, tout en soulignant «l’écart important entre le taux d’intérêt à l’emprunt et celui de l’épargne». Il a parallèlement insisté pour que l’initiative de la BoM soit étendue aux assurances et aux Leasing Companies.
 

Solidarity Trust Fund

 
Le Sale by Levy, un des «chevaux de bataille du MMSD» selon son leader, fait également partie de ce programme électoral. Eric Guimbeau s’est insurgé contre cette pratique, indiquant que les «Receiver Managers de grosses firmes comptables revendent pour une bouchée de pain des biens hypothéqués». Selon lui, il faut «laisser au propriétaire le droit de vendre son bien au prix du marché», ce qui lui permettrait de payer ses dettes tout en lui laissant une éventuelle marge de manœuvre. 
 
«Il y en a qui vivent dans l’opulence, les autres dans la misère», s’est écrié le député, qui a lancé un appel «sur une base humanitaire» aux acteurs du secteur financier. Il a proposé la construction de 20 000 petites maisons à l’intention de ceux qui vivent dans la misère. Ce projet serait réalisable, a déclaré Eric Guimbeau, à travers un Solidarity Trust Fund qui «n’aurait pas de grand impact sur les profits».
 
Le leader du PMSD a également évoqué la création d’une commission d’enquête sur le Mauritius Turf Club et d’un Serious Fraud Office, deux initiatives gouvernementales pour lesquelles il a félicité le Premier ministre.
 
Par ailleurs, Eric Guimbeau a déploré la fermeture du Parlement, indiquant n’avoir pas eu le temps de poser une question importante au sujet du métro léger. Il s’est dit contre le fait que cette nouvelle infrastructure «commence au centre-ville de Curepipe, où il n’y a pas de parking». Il aurait fallu, selon lui, que la ligne soit «avancée jusqu’à La Vigie, où il y a déjà un parking».
 
Eric Guimbeau commentant le projet métro-léger lors d'un point de presse vendredi 1er août.
 
Questionné au sujet d’éventuelles tractations politiques au sujet d’une alliance électorale, le député a indiqué que cette question n’a pas été abordée pour le moment avec les autres partis. Cependant, il affirme que le MMSD n’a pas la prétention d’aller seul aux élections. «Nou pa fezer, gran nwar», a-t-il lancé, même si «nous sommes allés seuls aux élections municipales». 
 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires