Dave Appadu: de laboureur à «Quantity Surveyor»

Avec le soutien de

«J’ai tout le temps voulu travailler à Maurice, mais le destin en a décidé autrement.» Dave Appadu, Quantity Surveyor de son état, n’aurait jamais pensé un jour faire carrière à l’étranger. Ce dernier habite en Arabie Saoudite depuis les deux dernières années. Avant cela, il a vécu plus de dix ans en Angleterre. Pourtant, ce professionnel de 58 ans pensait ne jamais travailler hors de son pays natal où il a démarré comme laboureur.

C’est en 1999 que le destin lui a souri. «J’étais à Londres pour la Noël et le Nouvel An. Un jour, je voyageais par le train. J’étais assis à côté d’une personne qui se trouvait être le Project Director d’une compagnie de construction, Wates Construction. Elle m’a donné sa carte de visite et m’a demandé de venir la voir à son bureau», se rappelle Dave Appadu. Lors de  ce rendez-vous, le cadre lui dira que le Quantity Surveyor de l’entreprise  avait démissionné et qu’il avait besoin de quelqu’un pour compléter un projet.

Pourquoi pas, s’est dit Dave Appadu. Cet ancien habitant de Cottage a donc complété les travaux. «J’avais été payé en espèces. Une fois les travaux terminés, le directeur des projets m’a demandé si je voulais rejoindre la compagnie. Je lui ai dit que je devais y réfléchir. Il a pris une copie de mon passeport et mes coordonnées», raconte-il.

Permis de travail britannique

A son retour à Maurice, Dave Appadu a repris son travail à Gamma Civic, où il était employé. «Un après-midi, alors que je rentrais à la maison, j’ai reçu un appel du Project Director de Wates Construction. Il m’a dit qu’il avait un permis de travail pour moi et que je venais de décrocher un emploi en Angleterre», poursuit-il. Ainsi, en 2001, il se joint à la compagnie où il travaillera principalement sur les écoles Building Schools for the Future (BSF) à Londres, et aussi sur des projets ferroviaires. Il servira la compagnie pendant quatre ans, et finit par obtenir son permis résidentiel.

Dans les années qui suivent, Dave Appadu va travailler au sein de plusieurs entreprises, jusqu’à ce que l’Europe soit touchée par la récession. «A l’époque, j’étais Project Surveyor pour la compagnie de construction Balfour Beatty. J’avais été licencié. Je n’avais pas travaillé pendant presque neuf mois. Toutes mes économies étaient épuisées. Je songeais même rentrer à Maurice pour trouver de l’emploi», raconte le quinquagénaire. C’était en 2011.

Mais la chance frappe de nouveau à la porte de Dave Appadu. Il reçoit un appel d’un ancien patron de Besix, l’informant qu’il avait une offre intéressante pour lui. «La compagnie belge Besix m’a offert la chance de participer à la construction du stade King Abdullah Sport City en Arabie Saoudite.» Trois ans après, le Mauricien s’est établi dans ce pays du Golfe. 

A Maurice, il était laboureur

Rien pourtant ne prédestinait Dave Appadu à se construire une belle carrière à l’étranger. Lorsqu’il commence à travailler, en 1976, il démarre dans la vie active en tant que laboureur pour le compte de la Development Works Corporation (DWC). Il y travaillera deux ans avant de décider d’étudier à l’étranger.

Cap sur Madras, en Inde, où il se lance dans des études d’ingénierie civile. Il obtient son diplôme après trois ans, et revient à Maurice où il est réembauché par la DWC en tant que Quantity Surveying Assistant. Et, en 1983, il devient le Quantity Surveyor d’Allied Builders/ Laxmanbhai.

 «Pendant les sept années qui ont suivi, j’ai eu l’occasion de travailler sur divers projets, notamment le bâtiment de la NPF à Port-Louis,  Blendax House, et la banque Delphis, entre autres. Sans compter une expérience de travail à Rodrigues et aux Seychelles», se rappelle-t-il.

En 1990, il reprend ses études à distance, et obtient une licence en  Quantity Surveying auprès d’une université américaine. Deux ans plus tard, il se joint à Bhunjun & Sons où il aura l’occasion de travailler sur plusieurs projets. En 1994, Besix le recrute. Il travaillera ainsi sur des projets tels que l’agrandissement des quais A et D de la Mauritius Maritime Authority, la construction d’hôtels et de collèges, ou encore l’extension du pont Colville Deverell.

Quatre ans plus tard, quand Besix ferme sa branche à Maurice, Dave Appadu se retrouve sans emploi pendant environ six mois. L’année suivante, il est employé par Gamma Civic, avant que la chance ne lui  sourie lors de son voyage en Grande-Bretagne.

Vous souhaitez participer à notre rubrique Mauriciens du monde? Contactez nous: contact@lexpress.mu

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires