Agression et menaces contre des enseignants: deux nouveaux cas rien qu’en une journée

Avec le soutien de
Photo d’illustration. Les enseignants du primaire déplorent le climat de violence dans lequel ils travaillent.

Photo d’illustration. Les enseignants du primaire déplorent le climat de violence dans lequel ils travaillent.

Cette enseignante d’une école primaire de Lallmatie voulait discuter de la performance de son enfant. Mais le parent n’a pas vu cette initiative d’un bon œil. Il n’a pas hésité à gifler l’enseignante en question. L’incident a eu lieu hier, lundi 14 juillet. Mais ce n’est pas le seul acte de violence commis à l’égard des enseignants ce jour-là.
 
Dans une autre école, à Quatre-Bornes cette fois, le maître d’école ainsi qu’un enseignant du Certificate of Primary Education ont été menacés par des parents. «L’enseignant avait grondé l’élève en question car il dérangeait la classe. Ce dernier l’a raconté à ses parents et ces derniers ont débarqué à l’école en compagnie de bouncers», raconte Vinod Seegum, président de la Government Teachers’ Union (GTU). Selon ce dernier, l’enseignant est «traumatisé» par cet incident. 
 
Face à cette situation, le syndicat sort l’artillerie lourde. «S’il le faut, on aura recours à un sit-in. C’est incroyable qu’il n’y a que 13 sur 280 écoles primaires qui ont un vigile pour la sécurité. Pourtant, on ne cesse de nous dire qu’on a recruté des vigiles», déplore Vinod Seegum. Selon lui, le cas est urgent dans pas moins de 75 écoles. 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires