A L’Escalier: le PM critique Meeah, Duval et Jugnauth

Avec le soutien de

Le Premier ministre lors de l’inauguration de la distillerie d’Omnicane à L’Escalier, hier, mardi 8 juillet.

«Cehl Meeah a dit que ce mini-amendement pénalisera les musulmans. Xavier et Pravind diront la même chose par rapport aux créoles et aux hindous respectivement.» Le Premier ministre n’a pas manqué de déplorer la position adoptée par Cehl Meeah, Xavier-Luc Duval et Pravind Jugnauth dans le cadre des débats sur le mini-amendement devant être apporté à la Constitution afin qu’un candidat ne soit pas obligé de décliner sa communauté ethnique.

Devant la presse, il s’est notamment interrogé si ce sont eux qui défendront l’intérêt de Maurice et qui œuvreront pour l’unité nationale. «Je vous laisse le soin de formuler vous-mêmes votre jugement.»

 

> Le Premier ministre commentant les
débats sur l'amendement constitutionnel hier, à l'Escalier.

Le Premier ministre se trouvait en fait à L’Escalier hier, mardi 8 juillet, pour l’inauguration de la distillerie d’Omnicane. Ce qui permettra au bioéthanol de faire son entrée sur le marché du carburant. «L’usine est déjà en place», a assuré Jacques d’Unienville, Chief Executive Officer (CEO) d’Omnicane. «Il nous faut installer un nouveau module pour effectuer la déshydratation complète de l’éthanol. Cela peut prendre six mois. À partir de là, il n’y a aucun problème pour passer l’éthanol dans les moteurs à essence.»

Le Premier ministre a, lui, salué avec force la direction d’Omnicane d’avoir eu l’audace de développer des produits à forte valeur ajoutée à partir de la canne et ses sous-produits. «Nous ne pouvons plus rester passifs devant l’exportation de la totalité de la mélasse comme matière première vers d’autres marchés qui exploitent les valeurs ajoutées qu’elle recèle. Nous ne pouvons plus permettre que ce soit les autres qui tirent profit de cette opportunité tout comme cela a été possible avec le raffinage du sucre roux.»

Navin Ramgoolam a souligné que le gouvernement a l’intention de présenter les mesures appropriées devant permettre que toutes les opérations de valeur ajoutée puissent se faire à Maurice même. «Cela permettra à toutes les parties concernées d’en tirer profit, y compris les petits planteurs qui traversent des moments difficiles

Enfilant son manteau de ministre des Finances, Navin Ramgoolam a fustigé les défenseurs d’une politique de la roupie faible. «Il faut penser d’abord à l’intérêt de la nation. Une politique de la roupie faible a aussi ses revers, notamment une augmentation de la valeur des produits importés.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires