Mini-amendement: Ramgoolam et Bérenger flirtent ouvertement

Avec le soutien de
Navin Ramgoolam, hier, a évoqué l’abolition du recensement ethnique en 1982, en rappelant que Paul Bérenger était un «leading member» du gouvernement d’alors.

Navin Ramgoolam, hier, a évoqué l’abolition du recensement ethnique en 1982, en rappelant que Paul Bérenger était un «leading member» du gouvernement d’alors.

Le Premier ministre et le leader de l’opposition sont-ils obnubilés par un 60-0 ? C’est du moins l’impression qu’ont donnée les deux leaders à l’issue de leur intervention à l’Assemblée nationale lors des débats sur l’amendement constitutionnel, hier, au Parlement. De part et d’autre, les références à une future alliance rouge-mauve ont fusé avec, à la clé, la certitude de remporter tous les sièges au Parlement.

Au moment de créer le Best Loser System (BLS), a rappelé Navin Ramgoolam, les législateurs ne pensaient pas qu’il serait possible que la population vote massivement pour un bloc. «C’est ce qui est arrivé en 1982, puis de nouveau en 1995. Il se pourrait bien que cela arrive de nouveau…» a déclaré le PM. Ce qui a poussé Paul Bérenger à dire qu’il faisait partie des coalitions qui ont mené aux deux 60-0 et d’ajouter : «Jamais deux sans trois !»

Les deux hommes affichaient du moins le même état d’esprit, prononçant même des phrases quasi similaires. 

A lire dans l’express de ce samedi 5 juillet.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires