Pravind Jugnauth: «Je ne déclarerai pas mon appartenance ethnique»

Avec le soutien de
Pravind Jugnauth (à dr.) a cherché à comprendre le mécanisme qui régirait le Best Loser System lors de son intervention au Parlement ce vendredi 4 juillet. © Krishna Pather

Pravind Jugnauth (à dr.) a cherché à comprendre le mécanisme qui régirait le Best Loser System lors de son intervention au Parlement ce vendredi 4 juillet. © Krishna Pather

L’intervention de Pravind Jugnauth, au Parlement ce vendredi 4 juillet, a été marquée par de vifs échanges avec le Speaker, Razack Peeroo. Ce qui a mis le feu aux poudres : le mot «predetermined»  prononcé par le leader du MSM. Des propos que le Speaker lui a même demandé de retirer. Mais devant l’insistance de Pravind Jugnauth, le Speaker a dû suspendre la session le temps de trouver les mots exacts qu’il souhaiterait que le leader du MSM récuse.
 
En fait, Pravind Jugnauth a soutenu que le Best Loser System, selon la version envisagée va sérieusement exclure une section de la population. Ce qui serait, selon le leader du parti soleil, «arbitraire et injuste». Et c’est ce qui a fait réagir l’assemblée.
 
Le leader du MSM a, lors de la reprise des échanges, accepté de retirer ses mots. Il a cependant interrogé ses pairs demandant des éclaircissements concernant la façon dont l’allocation des sièges serait comptabilisée. «Which mechanism will be used in order to nominate Best Losers?» Selon lui, jusqu’ici aucune formule claire n’a été communiquée et une zone d’ombre entoure cet aspect de la question. D’où son interpellation envers le PM pour qu’il s’explique clairement sur ce mécanisme. 
 
Pravind Jugnauth a aussi commenté les propos du PM à l’effet que «we have no time» et qu’il faut aller de l’avant rapidement avec cette réforme. Selon lui, tel est le cas parce que justement, c’est le Premier ministre lui-même qui n’a pas su gérer les délais. Car le procès de Resistanz ek Alternativ remonte à 2010.
 
A la fin de son discours, Pravind Jugnauth a cependant souligné que le MSM votera pour ce mini-amendement. Non sans avoir servi une mise en garde à l’effet qu’il contient des failles et que le gouvernement s’attirera plus que maux qu’il n’en soignera. Il n’y aura pas non plus de «party line» ; chaque membre du MSM sera ainsi libre de choisir de déclarer ou non son appartenance ethnique. Mais, a ajouté le leader du MSM, lui, ne déclarera pas son appartenance ethnique aux prochaines élections. Cela parce qu’il veut œuvrer pour une île Maurice «moderne» et dans un geste patriotique. «En tant que leader du MSM, je suis fier de dire que je ne vais pas déclarer ma communauté», a notamment soutenu Pravind Jugnauth. 
 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires