Ecologie: après les sacs en plastique, Rodrigues s’attaque à ses déchets

Avec le soutien de

«Nous avons constaté que 80 % des déchets peuvent être recyclés.» C’est ce qu’a indiqué le commissaire de l’environnement à Rodrigues, Jean Richard Payendee, qui participait à un atelier de travail avec Mission Verte, ce jeudi 19 juin. L’objectif : une meilleure gestion des déchets.

«A travers cet atelier de travail, nous voulons apprendre à mieux gérer nos déchets, pour après adapter cette méthode à Rodrigues», explique Jean Richard Payendee. «Nous avons un gros projet de compostage que nous commençons à mettre en place», ajoute-t-il. Mission Verte devrait dispenser une formation aux Rodriguais dans ce domaine. Et un Memorandum of Understanding devrait être signé avec cet organisme.

Rodrigues donne l’exemple à Maurice

Selon le commissaire de l’environnement, Rodrigues est en bonne voie de devenir une île écologique. «Petit à petit nous allons y arriver», déclare-t-il. En effet, les projets écologiques se multiplient. Fermes éoliennes, stations de dessalement d’eau de mer, collecte d’eau de pluie, panneaux photovoltaïques, interdiction de la vente de sacs en plastique… Des initiatives avant-gardistes qui confèrent à l’île une longueur d’avance sur Maurice.

Depuis quelques jours, tout individu aperçu pour la première fois en possession d’un sac en plastique à Rodrigues risque une amende de Rs 500. S’il récidive, il sera passible d’une amende ne dépassant pas Rs 1 000. Pour ceux qui sont reconnus coupables d’avoir vendu ou distribué des sacs, la contravention s’étend de Rs 2 000 à Rs 10 000.

Ces mesures sévères découlent notamment de l’alerte lancée par des ONG sur le danger que représente le plastique pour l’environnement. Les articles fabriqués à partir de cette matière atterrissent la plupart du temps dans les cours d’eau. Résultat : les coraux s’asphyxient tout comme les cétacés et d’autres espèces de poissons.

Si Rodrigues semble avoir fait un bond en avant avec l’abolition du sac en plastique, où en est Maurice ? La dernière étude effectuée par le ministère de l’Environnement souligne que la population mauricienne utilise 113 millions de sacs en plastique par an et que seulement 27 % sont recyclés. Le pays ne parviendrait pas à s’en débarrasser efficacement en raison des 50 firmes engagées dans la production de la matière. C’est du moins ce qu’affirme une source du ministère.

Abolir l’usage des sacs, souligne-t-elle, influerait sur leur existence et, par conséquent, sur l’emploi des travailleurs. De plus, ajoute cette source, Rodrigues ne produit pas ses sacs en plastique, mais en importe. Du coup, «c’est plus facile pour l’île de cesser l’utilisation».

Première en énergie verte

Autre volet sur lequel se distingue Rodrigues par rapport à Maurice : l’électricité verte. L’île a été la première à en produire. Depuis quelques années, elle est dotée de fermes éoliennes : l’une de 180 kilowatts à Trèfles et l’autre de 1 100 kilowatts à Grenade. Elles couvrent plus de 10 % des besoins énergétiques de Rodrigues.

Constat différent à Maurice où les fermes éoliennes peinent à sortir de terre. L’une devait se faire à Plaine-Sophie, pour un investissement de Rs 2 milliards avec l’installation de 14 turbines. Cette centrale d’une capacité de 30 mégawatts attend d’être mise sur pied depuis plus de trois ans.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires