Licenciement «arbitraire»: l’ex-enseignante d’Aleemiah intègre un autre collège

Avec le soutien de
Le collège Aleemiah avait licencié «sans motif» l’enseignante Tanzilah Nunkoo en avril dernier.

Le collège Aleemiah avait licencié «sans motif» l’enseignante Tanzilah Nunkoo en avril dernier.

Elle travaillera désormais au collège Forest Side SSS (filles), à Curepipe. C’est ce qu’a déclaré à l’express le ministre de l’Education Vasant Bunwaree au sujet de Tanzilah Nunkoo. Cette enseignante a été licenciée en avril du collège Aleemiah alors qu’elle suivait un traitement contre le cancer du sein à l’étranger. Elle a repris le chemin de l’école aujourd’hui, mercredi 18 juin.

Comment une enseignante employée par la Private Secondary Schools Authority (PSSA) peut-elle prendre de l’emploi dans un collège d’État ? Vasant Bunwaree nous explique que Tanzilah Nunkoo a été employée par la Mauritius Educational Development Company Ltd (Medco), qui fonctionne grâce à un board mais «a été redirigée vers un collège d’État». Le ministre fait ressortir que cela se fait couramment, surtout en ce qui concerne les enseignants de collèges Medco qui ferment leurs portes ou qui sont en train d’être réaménagés. Pour éviter que ces enseignants ne soient «redundant», ils sont envoyés dans des collèges d’État.

À la question de savoir si l’enseignante a été injustement licenciée, Vasant Bunwaree souligne que d’un côté strictement légal, Tanzilah Nunkoo a «été prise au piège». Toutefois, il avance que sur une base humanitaire, ce licenciement est injuste. «J’ai essayé de communiquer avec la direction du collège pour trouver une solution mais ils ne souhaitent pas revenir sur leur décision. Je continuerai à les interpeller», poursuit-il.

L’enseignante peut porter plainte

Pour le ministre de l’Éducation, ce cas est hautement symbolique. «Au cours de ma carrière, à trois ou quatre reprises, je suis intervenu en  faveur de gens qui se sont retrouvés dans de telles situations. J’ai été interpellé par ce cas. Tant que je serai à l’Assemblée nationale, je continuerai à aider les gens et dans ce cas-ci, même l’opposition ne trouvera rien à redire. Ils applaudiront tous», a-t-il martelé. Et d’ajouter que l’enseignante peut tout à fait porter plainte contre le collège Aleemiah si elle estime qu’elle a subi des dommages psychologiques et moraux. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires