Maurice Allet : un coq qui a chanté sur plusieurs notes

Avec le soutien de

Sa décision de ne pas rappliquer dans la basse-cour bleue et de conserver son fauteuil de président de la Mauritius Ports Authority était plus que prévisible. Quitte à abandonner, pour l’heure, le Parti mauricien social-démocrate (PMSD).Ce poste tant chéri qu’il a retrouvé en mai dernier, après avoir été blanchi par le directeur des Poursuites publiques dans l’affaire Varma/Jeannot, Maurice Allet n’a jamais voulu s’en défaire.

Même pas lorsqu’il s’est retrouvé durant l’enquête policière au banc des accusés. Seul Navin Ramgoolam, qui dit-il l’a nommé à ce poste en 2011 et à qui il est «reconnaissant», a pu lui faire plier bagage. Les dix mois pendant lesquels il est resté sur la touche ont dû être une éternité pour celui qui a fait carrière dans le secteur portuaire.

Début juin, à leur départ du gouvernement, les bleus ont préféré ne pas aller chercher au Champ-de-Mars leur président porté «manquant». Un simple avis de recherche sur Facebook signé de son ancien leader Xavier-Luc Duval a suffi pour le faire sortir de sa coquille.

À bientôt 65 ans, dont une trentaine en politique, Maurice Allet, décoré de la République en 2011, a jusque-là laissé beaucoup de plumes sur son passage. Certains de ses anciens alliés politiques ne le portent pas dans leur coeur.

Leader du PMSD de 2000 à 2008

Marié et père de deux enfants, ce vieux routier du PMSD est de ceux qui ont côtoyé sir Gaëtan Duval, après qu’il s’est joint au PMSD dans les années 80. Il signera deux défaites consécutives dans la circonscription Port-Louis-Nord/ Montagne-Longue aux législatives de 1991 et 1995 respectivement. À la mort de Hervé Duval, qui avait, en 1996, succédé à sir Gaëtan à la tête du parti, Maurice Allet deviendra le leader du PMSD. Poste qu’il occupera de 2000 à 2008.

Élu à deux reprises au n° 20 (Beau-Bassin/Petite-Rivière), en 2000 et 2005, en alliance avec le Mouvement militant mauricien (MMM), Maurice Allet aura moins de chances dans cette même circonscription aux élections de 2010. Il avait entre-temps tourné casaque – «humilié» d’avoir été privé de ticket sur la liste du MMM. Il s’était alors aligné sous les couleurs de l’Alliance de l’Avenir constitué du Parti travailliste, du Mouvement socialiste militant, du PMSD et du Mouvement républicain. La réunification des bleus ayant eu lieu en 2009.

C’est Jocelyn Grégoire qui convaincra Allet, alors leader du PMSD, à céder les rênes du parti au leader du Parti mauricien Xavier Duval (PMXD). Cette fois, il n’a pas consulté le prêtre chanteur avant d’abandonner le «corbillard de Xavier-Luc Duval. »

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires