Ramgoolam: «Ar moi lobby pa existe sa!»

Avec le soutien de
Navin Ramgoolam a réaffirmé sa position de leader des rouges face aux propos du ministre Aimée contre Paul Bérenger.

Navin Ramgoolam a réaffirmé sa position de leader des Rouges face aux propos du ministre Aimée contre Paul Bérenger. 

«J’ai toujours dit que le PTr est du bon côté de l’Histoire.» Navin Ramgoolam est revenu sur la réforme électorale mercredi 11 juin, durant une soirée organisée par l’ambassade de Russie. Il a expliqué vouloir «apporter un changement majeur pour approfondir la démocratie, offrir plus de représentativité aux femmes, moderniser le pays…»

Selon le Premier ministre, il aurait un «pake» de spéculations «dan vid» concernant ce sujet. «Les journaux parlent de lobby. Ar mwa lobby pa egziste sa ! Il faut que je sois satisfait de l’arrangement que nous sommes en train de négocier pour aller de l’avant», a-t-il précisé. Ramgoolam a également déploré le fait que les gens «oublient que je suis le Premier ministre en exercice, et que j’ai été trois fois élu à ce poste !»

Il a affirmé qu’il a «clairement un électorat très fort derrière moi, et qu’il faut donc prendre tout ça en considération».

La polémique avec Hervé Aimée

Le chef du gouvernement a également commenté les tensions qui agitent le camp des Rouges en vue d’une éventuelle alliance avec les Mauves. Certains élus travaillistes, tels que Rajesh Jeetah et Hervé Aimée, seraient en effet dans la ligne de mire des snipers mauves. Interrogé à propos de la déclaration d’Aimée, qui avait soutenu qu’il ne voterait pas pour une loi qui donnerait le poste de Premier ministre à Bérenger, Ramgoolam a réaffirmé son autorité de leader de parti. C’est lui qui dicte la ligne de conduite du parti, a-t-il précisé. «Les gens peuvent avoir leur opinion, mais c’est le leadership qui décide. Il n’y a pas une multitude de porte-parole au PTr». «Qu’est-ce qu’on appelle un parti ? Les membres peuvent bien avoir une opinion, mais c’est au leader de décider où et quand», a ajouté encore le PM.

Ramgoolam a aussi été interrogé sur sa présence aux côtés de Rajesh Jeetah, l’un des ministres rouges les plus critiqués par les mauves, un peu plus tôt dans l’après-midi lors de la pose de la première pierre d’un campus universitaire à Pamplemousses. «Rajesh Jeetah est le ministre. C’est un projet de l’éducation tertiaire, alors qu’est-ce que vous auriez voulu que je fasse ? Lui dire de ne pas venir ?» a-t-il rétorqué.

> Le PM en évoquant la réforme électorale et le projet d’alliance avec le MMM.

 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires