Calendrier politique: les élections pour août…

Avec le soutien de

Les négociations en vue d’une alliance ont repris entre le Mouvement militant mauricien (MMM) et le leader du Parti travailliste (PTr), Navin Ramgoolam. Le leader des Mauves l’a confirmé lors d’une conférence de presse hier, mardi 10 juin. Dans son entourage, on avance que si l’accord est conclu, les prochaines élections se tiendront en août. Les deux partis veulent aller aux urnes le plus vite possible. Mais il faudra attendre la fin de la période de jeûne du ramadan.

Peu après la conférence de presse d’hier, les émissaires de Paul Bérenger ont rencontré le Premier ministre pour aplanir les différents «macadams» qui ont failli faire capoter l’alliance. Parmi eux, l’on compte un émissaire qui avait déjà fait le va-et-vient entre les deux leaders.

«Les derniers points qui posaient problème ont été abordés. On avance sur le dernier point de discorde», confirme une source. «Tout va dans la bonne direction», insiste-t-on.

L’objectif est de tout finaliser avant la tenue du comité central du MMM demain. S’il doit y avoir une alliance rouge-mauve, dit-on dans les milieux concernés, elle se concrétisera rapidement. Le Parlement devrait être rappelé pour le vote du mini-amendement à la Constitution permettant aux futurs candidats à la députation de ne pas avoir à décliner leur appartenance ethnique s’ils ne le souhaitent pas.

Le Parlement sera ensuite dissous dans «un délai raisonnable» afin de ne «bousculer personne», assure-t-on chez les Mauves. Ce sera donc après l’Eid-ul-Fitr que les citoyens seront appelés à voter.

Lors de la conférence de presse, le leader des Mauves a confirmé que la nomination des ministres était un des points qui ont stoppé momentanément ses négociations avec Navin Ramgoolam. Alan Ganoo, leader adjoint du MMM, aurait été dépêché auprès du chef du gouvernement pour trouver un compromis afin de sceller l’alliance.

Au cas où l’alliance PTr-MMM remporte les prochaines législatives, Navin Ramgoolam devra occuper le fauteuil de Premier ministre en attendant l’élection présidentielle d’un tour. Il démissionnera comme député au no 5, Pamplemousses/Triolet, où un candidat travailliste devra s’aligner pour les futures partielles.

De sources travaillistes, l’on indique que «le courant est rétabli» avec le MMM et qu’il n’est plus question que le président de la République, Kailash Purryag, descende dans l’arène. C’est-à-dire comme leader des Rouges et éventuel no 2 d’un gouvernement dirigé par Paul Bérenger.

Le fauteuil de vice-Premier ministre devrait donc revenir à Arvin Boolell, fidèle lieutenant de Navin Ramgoolam, bien que le nom d’Anil Bachoo, qui, lui, a fait le tour de presque tous les partis en lice, ait été cité.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires