Bérenger: «La nomination des ministres, seul point de désaccord avec Ramgoolam»

Avec le soutien de

L’état major du MMM réuni pour la conférence de presse de Paul Bérenger ce mardi 10 juin. 

Pour Paul Bérenger, il faut que la nomination des ministres d’un gouvernement se fasse en consultation avec le Premier ministre. Même si c’est le président de la République qui aura cette prérogative. C’est là l’obstacle qui a mené à un «deadlock» dans les négociations d’une alliance PTr-MMM, a-t-il indiqué lors d’un point de presse ce mardi 10 juin.

Ce point aurait été remis en question par Navin Ramgoolam, samedi, après leur conférence de presse conjointe. Et c’est la question qui l’a mené à déclarer l’alliance «off», a ajouté Paul Bérenger.

Ce dernier a aussi expliqué que, sur les autres sujets, le consensus est tout trouvé : la nomination des vice-premiers ministres sera faite par le PTr, a indiqué Paul Bérenger. Et les deux leaders sont aussi d’accord sur un mini-amendement quant au problème de déclaration ethnique. Il faut que le comité Faugoo se rencontre pour trancher et prendre une décision finale, a expliqué Paul Bérenger.  Le point à considérer est : que faire dans le cas d’un candidat qui n’a pas déclaré son appartenance ethnique ? Est-ce que la commission électorale ne va pas prendre en compte cette candidature pour le siège de Best Loser ?

Autre accord entre les deux partis : le partage de tickets, qui a été fixé à 30-30, a confirmé Paul Bérenger. «Nous étions tout le temps d’accord dessus», a-t-il souligné. Et si le PMSD veut renégocier avec le gouvernement «ce n’est pas mon problème. Nous sommes tombés d’accord pour 30 tickets pour le MMM »

Paul Bérenger a aussi levé un coin du voile sur les dessous de cet accord avec Ramgoolam : il était question que le vice-président de la République soit Jayen Cuttaree et que le vice-Premier ministre soit une personnalité qui devait «step down». Dans ce nouveau gouvernement, Reza Uteem serait le numéro 3 tandis que le poste de Speaker reviendrait à une femme du MMM et celui de Deputy Speaker à un Travailliste.

 

> Les explications de Bérenger sur un accord dans la répartition
des fauteuils en cas d'alliance avec le PTr. 

Paul Bérenger est également revenu sur la «merveille de programme» qui se dessine pour Maurice, pour que le pays soit «un pays phare». Ce nouveau départ, a-t-il insisté, passe par un renouveau du combat contre la corruption, en commençant par l’institution d’un Serious Fraud Office, mais aussi par la Declaration of Assets Act pour les ministres et députés.

Autre projet : donner un nouveau souffle à l’économie et aux énergies renouvelables. «Il faut prendre l’initiative de rétablir notre souveraineté sur les Chagos», a aussi expliqué le leader des Mauves. Autant de questions sur lesquelles les deux parties sont tombées d’accord.

La prochaine étape ? Rien n’est décidé pour l’heure, a soutenu Paul Bérenger. Il a indiqué que deux courants se dégageaient hier, lors du Bureau politique des Mauves : l’un favorable à une alliance, l’autre pour une meilleure négociation des termes de cette alliance. Le parti devrait clairement délimiter la ligne de conduite à adopter au comité central prévu jeudi. L’assemblée des délégués de dimanche permettra de relayer toutes les informations aux militants. Mais une décision finale sera prise lors d’une autre assemblée des délégués, le 22 juin, a expliqué Paul Bérenger.

De quel côté se trouve-t-il ? «Je vais jeter de tout mon poids d’un côté ou de l’autre», a-t-il simplement souligné.  

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires