Ramgoolam-Bérenger: le calendrier après une alliance…

Avec le soutien de

Alliance rouge-mauve, mini-amendement constitutionnel, dissolution du Parlement, élections générales en août, seconde République et réforme électorale en dernier. Ce serait le calendrier établi entre Navin Ramgoolam et Paul Bérenger lors d’une conversation téléphonique, lundi soir.

Et ce calendrier sera à l’agenda de la réunion du bureau politique convoqué par le leader du PTr, demain après-midi, jeudi 5 juin, au square Guy Rozemont.

C’est lors de cette réunion que Navin Ramgoolam présentera officiellement à ses principaux lieutenants les conditions d’une alliance avec le MMM. C’est ce nouveau calendrier qui a poussé Paul Bérenger à annuler la réunion spéciale du bureau politique mauve qui devait se réunir presque à la même heure, jeudi.

Dans l’entourage de Paul Bérenger, on laisse entendre que ce dernier souhaite laisser le loisir à Navin Ramgoolam d’ouvrir le débat au sein des instances rouges. Avant de relancer les discussions au sein de son propre parti lors de la réunion du comité central, samedi prochain. Paul Bérenger, qui commençait à s’impatienter a, semble-t-il, été rassuré par le coup de fil de Navin Ramgoolam, lundi.

Il aurait été convenu, entre les deux leaders, de rappeler le Parlement pour présenter et faire voter l’amendement constitutionnel. Il s’agit d’éliminer l’obligation pour ceux souhaitant se porter candidat aux prochaines législatives de déclarer leur appartenance  ethnique.

L’Assemblée nationale sera ensuite dissoute et le scrutin fixé probablement pour début août. Soit après la fin du Ramadan. Et une fois la nouvelle Assemblée nationale constituée, c’est le projet de réforme constitutionnelle et de seconde République qui sera présenté à l’ouverture de la prochaine session.

Seconde république

Les deux leaders auront, une fois l’alliance conclue, tout le loisir de finaliser leur projet de seconde République. Selon ce qui a transpiré jusqu’ici, Navin Ramgoolam devrait se retrouver au Réduit après une élection présidentielle à un tour. Ce n’est qu’une fois cette étape franchie que le projet de loi, qui a déjà été finalisé, sera introduit à l’Assemblée nationale et voté. Il reviendra ensuite au président Ramgoolam de donner son assentiment à la nouvelle législation.

Selon certaines sources, le Premier ministre tient à ce que les choses se passent de cette manière. Il sera ainsi reconnu comme celui qui a préparé le projet de loi et qui le rendra effectif. La réalisation de ce calendrier, pour le moment hypothétique, dépendra certainement du bon vouloir de Navin Ramgoolam.

Quant à Paul Bérenger, il affirme garder ouverte l’option que le MMM aille seul aux prochaines élections générales. Toutefois, il maintient, en privé, que tout ce scénario idyllique «est trop beau pour être vrai». 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires