Victime d’un accident de la route: la police demande une autopsie juste avant la crémation

Avec le soutien de

Issur Bokhoree (médaillon) est mort d’une hémorragie cérébrale après un accident. L'autopsie a été pratiquée à l'hôpital Jeetoo, à Port-Louis.  

Il avait déjà ramené le corps de son père à la maison et se préparait pour les funérailles. Mais lorsque Dhanraj Bokhoree s’est rendu au poste de police de Midlands avec le document établissant la cause du décès, les policiers l’auraient empêché de faire les démarches nécessaires pour passer un avis de décès à la radio.

Ils lui ont dit qu’il s’agissait d’une affaire de police et qu’il fallait procéder à l’autopsie d’Issur Bokhoree, 66 ans, avant qu’il ne soit incinéré. En effet, la police n’avait pas enregistré l’accident de la route, impliquant le van de ce dernier et un autre van, comme étant une affaire de police.

C’est ainsi que Dhanraj Bokhoree et des proches ont dû prendre le corps de la victime et l’emmener à l’hôpital Victoria, Candos, à la mi-journée. Une fois sur place, on les a informés qu’il n’était pas possible de procéder à l’autopsie car on avait désinfecté la salle d’autopsie et qu’on ne pouvait rien y faire. Impossible de rencontrer un médecin ou le personnel de la morgue.

Ils se sont alors rendus à l’hôpital Dr A.G. Jeetoo à Port-Louis, où ils ont dû patienter avant qu’un médecin légiste ne vienne procéder à un examen post-mortem de la victime. Celui-ci a pris fin vers 15 heures, et les services funéraires ont alors procédé à l’embaumement du corps. Ce n’est qu’à 18 h 30 que la famille a pu rentrer avec le corps. Pour le fils de la victime, «la police a failli dans sa tâche. Ils auraient dû insérer une Forme 58 dans le dossier de mon père afin que les médecins de l’hôpital sachent qu’il fallait appeler les policiers après son décès au lieu d’appeler la famille».

L’accident dans lequel Issur Bokhoree a péri s’est produit le 19 mai. Celui-ci n’a pas été blessé dans l’accident mais a subi une hémorragie cérébrale après la rupture d'une artère  cérébrale.

Le chauffeur de l’autre van avait en fait évité celui d’Issur Bokhoree de justesse et aurait fini sa course contre une main courante sur la route. Il a expliqué que lorsqu’il est allé voir la victime, ce dernier était en état de choc et transpirait beaucoup. La victime a passé une dizaine de jours à l’hôpital Jawaharlal Nehru à Rose-Belle avant de rendre l’âme le 29 mai.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires