Parcs nationaux: brin de toilette pour Bras-d’Eau

Avec le soutien de

D’une superficie d’environ 1 200 arpents, la fôret de Bras-d’Eau abrite une faune et une flore endémiques. © KRISHNA PATHER

Décrétée second parc national, le 25 octobre 2011, après celui des Gorges de la Rivière-Noire, la forêt de Bras-d’Eau connaîtra bientôt des changements. Le ministère de l’Agro-industrie et le National Parks and Conservation Service (NPCS) préparent conjointement un plan de gestion pour cet espace.

«Nous en sommes encore au stade de consultation avec toutes les parties prenantes, confirme une source proche du NPCS. Le NPCS travaille en étroite collaboration avec ses scientifiques et les consultants qui font partie du projet. Le plan de gestion devrait être prêt vers la fin de l’année.»

Cette équipe devrait présenter de nouvelles idées concernant la vocation de ce parc national et du bâtiment qui abritait auparavant le Visitor’s Centre. Le nouveau bâtiment, plus spacieux, a été inauguré en octobre 2013.

Le plan devra aussi prendre en compte les ruines de l’ancienne usine sucrière. Des panneaux ont déjà été installés afin de prévenir les visiteurs des risques d’éboulement. Bras-d’Eau, qui couvre une superficie d’environ 1 200 arpents, abrite une faune et une flore endémiques avec lesquelles les visiteurs pourront se familiariser.

On y trouve une grande variété d’arbres, notamment l’acajou, l’araucaria, le tecoma, l’eucalyptus, ainsi que deux types de bois d’ébène. Le parc abrite également l’Oenellia polystachys, une orchidée rare, et le Daryopteris Pilosa,une variété de fougère. Ceux qui sont chanceux pourront admirer le coq des bois et le pic-pic, deux oiseaux endémiques.

Le parc national offre de nombreux points de départ pour des promenades sur 3,6 km jusqu’à la sortie de Poste-Lafayette. Impossible de passer à côté de Mare- Sarcelles, zone humide de quelque 145 arpents qui abrite des oiseaux migrateurs, mais aussi une importante concentration de mangroves. C’est le site idéal pour les randonnées et les observations d’oiseaux.

Bras-d’Eau tient son nom des lignes de la masse d’eau qui dépasse et qui prend la forme d’un bras entre Point- Radeau et Belcourt-Bay. C’est en 2002 que les terres de l’État situées à Bras-d’Eau et à Mare-Sarcelles, ainsi qu’une partie des Pas géométriques de Bras-d’Eau et de Poste-Lafayette, ont été proclamées réserves naturelles.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires