Réforme électorale: le MSM ne votera que pour la formule du Remake

Avec le soutien de
SAJ a vivement critiqué Paul Bérenger hier, vendredi 16 mai, à Plaine-Verte.

SAJ a vivement critiqué Paul Bérenger hier, vendredi 16 mai, à Plaine-Verte.

62+20+8 et 7,5% pour le seuil d’éligibilité à la représentation proportionnelle. C’est la seule formule que le Mouvement socialiste militant (MSM) est disposé à accepter dans le cadre d’une réforme électorale. 
 
C’est ce qu’a affirmé avec force Sir Anerood Jugnauth (SAJ) hier, vendredi 16 mai, lors d’un congrès au centre Idrice Goomany, à Plaine-Verte. Cette formule avait été adoptée par le Remake avant la cassure. Or, celle qui a été arrêtée par Navin Ramgoolam et  Paul Bérenger est de 62+14+6 et un seuil de 10 %. 
 
Pour le MSM, pas question de changer d’avis. «Si zot amenn enn proze de lwa e li pa kontenir saki nou ti dir dan Remake, nou pa vote.» C’est en ces termes que SAJ a fait connaître la position du MSM sur la question de la réforme électorale. Interrogé par la presse, il a toutefois précisé que si le seuil proposé est de moins de 7,5 %, le parti voterait pour. 
 
Sur le nombre de sièges, Nando Bodha, le secrétaire général du MSM, a précisé qu’il était important de conserver les 62 élus au First-past-the-post et les 8 Best Losers qui seraient désignés par les leaders des partis. Cela dans le but de ne pas bousculer les susceptibilités de l’électorat.
 
SAJ a également critiqué une déclaration de Paul Bérenger, qui a affirmé qu’il voterait pour la réforme électorale «under protest». «Il n’y a que trois façons de s’exprimer selon nos lois : on vote oui, non ou on s’abstient. Si vous votez under protest, cela signifie simplement que vous acceptez», a-t-il expliqué.
 
Sur l’avenir du Remake, l’ex-président a également été sans concession. A son arrivée, certains membres de l’assistance l’ont interpellé, lui enjoignant de faire des concessions et d’accepter un partage de tickets à 25-35 en faveur du MMM pour sauver le Remake. 
 
«Ou pense pou mo abaiss mwa divan enn boug kouma Paul Bérenger ?», a-t-il répliqué plus tard lors de son allocution. «Al dir zot leader la, avek mwa na pa pou ena 35/25 !», a-t-il ajouté.
 
Outre ses critiques acerbes contre  Paul Bérenger, qui a été traité de «fezer», «manter» et «ipokrit»,  cette sortie de SAJ lui a permis de faire ses premières promesses à l’électorat de la région. 
 
Au menu : une Criminal Appeal Review Commission pour rouvrir les dossiers en cas de nouvelles preuves susceptibles d’innocenter un condamné, avec référence significative aux frères Sumodhee et à l’affaire Amicale, mais aussi une ambassade en Arabie saoudite et une augmentation du nombre de visas pour les hadjis.
 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires