Robert Pirès : «J’ai une très bonne relation avec l’île Maurice…»

Avec le soutien de

À l’initiative de «Radio One», en collaboration avec «Play On Line Ltd», l’ancienne star du FC Metz, de l’Olympique de Marseille, d’Arsenal et de Villareal, Robert Pirès, sera à Maurice début juin. «Radio One» l’a interviewé.

[Entretien réalisé par Bertrand HÉRISSON pour Radio One]

Ce n’est pas votre première visite à Maurice, quelle est votre relation avec notre île ?

C’est vrai que ce n’est pas ma première visite à Maurice. On va dire que j’ai apparemment un très bon feeling, une très bonne relation avec votre île et surtout avec les gens parce que, généralement, quand on revient, ça veut dire qu’on est bien accueilli et c’est ce qui se passe à chaque fois que je remets les pieds ici. Et, encore une fois, je serai très heureux et très content d’être parmi vous dans quelques jours.

189 apparitions sous le maillot d’Arsenal. Quel a été votre plus grand souvenir ?

Waow ! Ben déjà, j’ai eu la chance de jouer dans un grand club comme Arsenal où je suis resté pendant six années. Après, le plus important quand vous êtes professionnel dans un grand club, ce sont les titres et avec Arsenal et Arsène Wenger, on a eu la chance d’en gagner quelques-uns. Que ce soient les doublés ou la saison 2003-2004 quand on fait les 49 matches sans défaite, je n’ai que de grands souvenirs avec ce club.

Parlez-nous justement de cet exploit réalisé en 2004 avec les «Invincibles Gunners». Quel est le secret pour réaliser un tel exploit ?

(Rires)Vous savez, on me pose souvent la question de savoir quel était notre secret. Et je vais être honnête avec vous, il n’y en avait pas ; si ce n’est l’extraordinaire qualité de certains joueurs et aussi un certain mélange entre les joueurs : les Anglais, les Européens, voire les joueurs comme Gilberto Silva et Edu qui, eux, nous ont apporté cette touche brésilienne. Après, quand vous travaillez au quotidien avec Arsène Wenger vous apprenez beaucoup, vous écoutez, vous regardez et sur le terrain on était, comme on dit, imbattables et on a fait cette superbe saison. On a toujours le record, c’est-à-dire 49 matches sans la moindre défaite.

Sera-t-il un jour égalé selon vous ?

Honnêtement, je pense qu’un jour, il sera battu parce que tous les records sont faits pour être battus un jour ou l’autre. Maintenant, on s’aperçoit que ça fait dix ans que ça dure. On voit que des équipes comme Manchester City, ou United, ou Chelsea arrivent à perdre deux, trois fois dans l’année, donc ça veut dire que ce qu’on a fait il y a 10 ans c’est quelque chose de fort et puis surtout ça marque les esprits.

Quel regard portez-vous sur l’équipe actuelle ?

Je suis un ex-joueur d’Arsenal et aujourd’hui je travaille pour le club en tant qu’ambassadeur. Quoi qu’il arrive, je soutiendrai le groupe, je serai toujours derrière Arsène Wenger. L’objectif c’est toujours de finir dans les quatre premiers. De jouer à chaque fois la Ligue des champions. Aujourd’hui, cette étape est franchie avec, dans quelques jours, cette finale de FA Cupface à Hull City. C’est une grosse et belle opportunité pour les joueurs de stopper l’hémorragie qui date de 2005.

Il vous a repéré à Marseille, en 2000. Lui, c’est Arsène Wenger… Quel a été, selon vous, son impact sur vous et sur le football anglais ?

Sur un plan personnel, il a été très décisif et très important, surtout les sept premiers mois où, ça a été très difficile, très compliqué, parce qu’au début on me comparaît à Marc Overmars… On disait que j’avais soi-disant pris sa place. Et lui il a cru en moi, en mes qualités. Il a toujours travaillé mes points forts. Je me suis installé dans l’équipe milieu gauche et j’ai joué pendant six ans. Et c’est vrai que j’ai toujours eu un bon rapport avec Arsène Wenger et je l’ai toujours aujourd’hui.

Il n’a pas encore resigné son contrat. Va-t-il prolonger selon vous ?

C’est vrai qu’il n’a pas encore resigné, mais mon petit doigt me dit qu’il va resigner pour une saison. C’est le boss, c’est le patron, c’est le manager. Toutes ces étiquettes lui vont bien et aujourd’hui je vois mal Arsenal sans Arsène Wenger.

On a vu des joueurs briller, à l’instar de Nasri, Fabregas, Van Persie, Adebayor, Clichy et Touré, pour finalement remporter des trophées ailleurs (et cela leur a réussi). Quel est votre regard sur cette situation où Arsenal a du mal à garder ses joueurs-clés ?

(Rires) C’est vrai, par rapport à la liste que vous me donnez, Arsenal a du mal à garder ses joueurs. Parce que les autres aussi ont envie de jouer dans un autre grand club et peut-être qu’ils ont d’autres envies et pour l’instant ça leur a plutôt réussi puisqu’ils ont pratiquement tout gagné à chaque fois qu’ils ont joué dans un autre grand championnat, ou dans une autre équipe. Aujourd’hui, la formule d’Arsenal c’est de prendre des joueurs jeunes, de les former puis de les faire jouer comme Wilshere, Walcott, Ramsey ou Chamberlain.

L’équipe de France court derrière un passé glorieux. La version 2014 de Didier Deschamps vous inspire quoi ?

Elle m’inspire de bonnes chances. J’ai confiance en cette équipe. Je crois beaucoup en Didier Deschamps. C’est un homme qui a eu beaucoup de chance et de réussite en tant que joueur, et aujourd’hui c’est le cas en tant qu’entraîneur. Je suis confiant et optimiste tout simplement parce qu’ils reviennent de loin surtout lors du barrage face à l’Ukraine. On sait pertinemment que ça va être difficile de gagner la Coupe du monde, mais aujourd’hui les joueurs ont évolué, le football a évolué et je pense que cette équipe de France peut atteindre, pourquoi pas, les demi-finales.

Votre favori pour le Mondial ?

Comme tout le monde, je vais dire le Brésil. Mais attention, est-ce qu’ils vont tenir toute cette pression.

 


“Football Samba 2014 – Play to Brazil”

Robert Pirès attendu à Maurice début juin

Avec Thierry Henry et Sol Campbell, entre autres, Robert Pirès (C) a formé l’Arsenal des Invincibles en 2003-2004.

L’ancien footballeur international français Robert Pirès sera à Maurice du 2 au 7 juin, à l’initiative de Radio One, en collaboration avec Play On Line Ltd. L’ex-joueur d’Arsenal, qui a fait partie de la fameuse équipe invaincue pendant toute une saison en 2004, sera le parrain de la loterie Football Samba 2014 – Play to Brazil. Pirès remettra ainsi le prix du jeu de Play On Line Ltd aux deux heureux gagnants, soit un voyage tous frais payés pour assister à la finale de la Coupe du monde 2014 à Rio de Janeiro au Brésil. «Le but de Play On Line est de récompenser ses joueurs», explique Brian Foo Kune, directeur de la société de paris. «Nous savons que les Mauriciens adorent le football et les stars du ballon rond. C’est pour ça que Robert Pirès sera là, parmi nous, début juin. L’ancienne star d’Arsenal, de Marseille et de l’équipe de France sera même disponible pour le public pendant son séjour à Maurice puisqu’il visitera quatre centres de Play On Line»,ajoute-t-il.

Animation brésilienne assure par « Radio One Events »

L’ancien milieu offensif des Gunners sera en effet au head office de Play On Line à Port-Louis, ainsi qu’aux centres de Terre Rouge, Quatre-Bornes et Goodlands pendant son séjour, accompagné à chaque fois, d’une animation brésilienne assurée par Radio One Events. Brian Foo Kune précise que «les 50premiers arrivants dans nos centres seront gâtés, car nousavons toutes sortes de cadeaux : sacs, ballons de foot, casquetteset stylos».

Robert Pirès a été révélé dans le championnat de France avec le FC Metz, puis a confirmé et affiné ses talents footballistiques à l’Olympique de Marseille avant d’exploser à Arsenal où il a laissé un souvenir impérissable aux fans d’Arsenal et aux amateurs de Premier League.

En équipe de France, il a participé à l’action victorieuse qui a donné la victoire aux Bleus à l’Euro 2000, en finale contre l’Italie, 2-1, en offrant le but en or à David Trézéguet pendant les prolongations, après une combinaison avec Sylvain Wiltord.

Azmaal HYDOO

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires