Les poissons-chats carnivores terrorisent des habitants de Carreau Acacia

Avec le soutien de
Des poissons-chats carnivores prolifèrent dans la rivière Acacia.

Des poissons-chats carnivores prolifèrent dans la rivière Acacia.

«Ils sont là, nombreux, cachés sous les rochers.» Selon Kapoor Dookitram, un habitant de Carreau Acacia, des poissons-chats carnivores sont apparus il y a quelques mois dans la rivière qui traverse la région. Et ils se sont reproduits rapidement. Depuis, presque une psychose s’est installée parmi les habitants qui utilisent l’eau de la rivière pour effectuer des tâches ménagères quand il y a des coupures. Ils craignent qu’une fois devenus gros, ces poissons ne s’attaquent à eux.

«Nous n’allons plus à la rivière car nous avons peur», confient des proches de Kapoor Dookitram. «Un de mes voisins a ramené des poissons-chats chez lui pour les mettre dans un bassin. Mais avec les grosses pluies, les poissons se sont retrouvés hors du bassin et rampaient dans la cour comme des anguilles», raconte la mère du jeune homme. L’histoire a suffi à effrayer la vieille dame et d’autres personnes qui résident près de la rivière Acacia.

Les poissons-chats peuvent devenir très gros en grandissant comme le montre cette photo envoyée par une internaute qui souhaite alerter sur la «menace» qu’ils représentent.

Les poissons-chats vus dans ce cours d’eau mesurent entre 5 et 10 centimètres. Mais ils peuvent atteindre 1 m 60 de long et peser plus de 30 kg. Et un poisson-chat d’une certaine taille peut attaquer s’il se sent menacé. D’ailleurs, il y a eu plusieurs incidents de ce genre à l’étranger.

Pour se «protéger», Ashwanee Kheeroo dit «porter des bottes quand je me rends à la rivière. J’y suis bien obligée». Elle a de même une technique bien à elle pour faire sortir ces poissons de leur cachette. «J’écrase des escargots et je les jettent dans la rivière. Les poissons-chats viennent les manger et les enfants peuvent alors les pêcher», explique-t-elle.

Les poissons-chats se nourrissent d’autres espèces de poissons présentes dans la rivière. Ils sont aussi friands d’escargots.

Neermal Dookitram, un planteur, indique que ces poissons, originaires d’Asie, causent de nombreux dégâts à la faune indigène. «Il ne reste plus rien. Les poissons-chats mangent les autres espèces. Ecrevisses, kabo, tilapiaet autres poissons ont disparu.»

Les habitants de Carreau Acacia disent être impuissants à se débarrasser de cette «menace». «Il y en a trop. On ne peut quand même pas mettre du poison dans la rivière car ce serait trop dangereux», souligne Neermal Dookitram. «Ils prolifèrent dans d’autres rivières aussi. J’ai des amis qui en ont vu à La Queene, dans un cours d’eau, à Flacq et à Kenya, non loin d’ici.»

Kapoor Dookitram (à dr.), 27 ans, et sa famille cherchent toujours une solution
pour se débarrasser des poissons-chats.

Selon Sooresh Narain, le président du village, il faudrait effectuer des tests sur des poissons-chats au centre de recherches d’Albion afin de déterminer s’ils sont dangereux pour les humains.

Contacté, un haut responsable au ministère de la Pêche indique que les autorités comptent dépêcher des officiers à Carreau Acacia dans les jours à venir afin de faire un constat.

La rivière Acacia s’étend sur plusieurs kilomètres.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires