Nord, Sud et Est: des zones isolées bientôt mieux desservies par les bus

Avec le soutien de

La NTA a effectué un relevé des régions qui ne sont pas desservies par des bus et des techniciens travaillent sur l’établissement de nouvelles routes. 

Objectif : quadriller le pays. Bien que le transport en commun couvre la majeure partie du pays, certaines régions isolées restent inaccessibles. Afin de pallier ce manque, les autorités travaillent actuellement sur des projets qui ont pour but d’ouvrir davantage de lignes.

Selon une source à la National Transport Authority (NTA), c’est l’Est en général, ainsi que quelques coins retirés dans le Nord et le Sud qui sont concernés. Ils sont Trou-d’Eau-Douce, Carro Accacia, Kenya, Kensington, entre autres.

Trou-d’Eau-Douce est un village qui se développe rapidement et est très fréquenté par les touristes. Or, explique la NTA, les autobus qui desservent cette région s’arrêtent à un point précis à la hauteur du quartier de Sept Croisées. À partir de là, ceux qui habitent plus loin, vers la route menant au quai d’embarquement pour l’Ile-aux-Cerfs, entre autres, doivent continuer à pied ou en taxi.

«A Flacq, c’est un casse-tête pour créer des lignes»

Le même problème se pose dans le Sud à Carro Accacia : pour se rendre à l’école ou au travail, les habitants doivent marcher jusqu’aux villages voisins pour prendre l’autobus. Le transport en commun ne dessert pas non plus Kensington, situé dans la région de l’Est.

La NTA a donc effectué un relevé de ces régions et des techniciens travaillent actuellement sur l’établissement de nouvelles routes. Cette démarche consiste, entre autres, à rechercher des compagnies disposées à desservir ces régions, à élaborer des horaires, à établir des tarifs, entre autres.

Toutefois, il y a des difficultés par rapport à l’infrastructure. Par exemple, dans la région de Kensington, la route est étroite. «Nous essayons de trouver une solution», affirme une source à la NTA. L’on explique que, dans le district de Flacq, c’est un casse-tête pour créer des lignes.

 

«Il nous faut aussi faire du profit»

La Compagnie nationale de transport (CNT) a donc décidé de venir en aide en desservant certaines de ces régions. Selon la direction, la vocation de la CNT, c’est de servir «mais il nous faut aussi faire du profit», a fait comprendre une source.

Depuis la rentrée scolaire, la CNT dessert la région de Carro Accacia aux heures de pointe. Un autobus quitte Beau-Vallon vers 7 heures, passe par Caro Accacia, Kenya et Plaine-Magnien pour se rendre à Curepipe.

La CNT indique qu’elle aurait aimé prendre en charge d’autres routes qui ne sont pas desservies. Toutefois, pour le moment, elle n’a pas suffisamment d’autobus. Il faudra attendre jusqu’à décembre lorsque la compagnie aura acquis plus de 70 nouveaux autobus.

«Une fois la flotte agrandie, la compagnie se positionnera pour occuper ces routes»,indique la direction de la CNT. Celle-ci a indiqué être au courant du manque de lignes d’autobus car elle a reçu plusieurs pétitions concernant l’absence de transport surtout dans des régions du Nord et de l’Est.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires