Parlement prorogé: la décision du PM laisse perplexe

Avec le soutien de

Théoriquement, le Premier ministre peut ne pas rappeler le Parlement avant douze mois. Il a prorogé l’Assemblée nationale hier, lundi 12 mai, afin de pouvoir présenter un projet de loi sur la réforme électorale. C’est ce qu’il a expliqué lors d’un point de presse dans la soirée. Si l’on ne sait quand Navin Ramgoolam compte relancer les séances parlementaires, une autre question mérite également d’être posée: le projet de loi viendrait-il avant ou après les élections générales ? Entre-temps, beaucoup peinent à comprendre la nécessité de proroger le Parlement pour préparer un texte de loi la réforme.

 

> Les explications de Navin Ramgoolam sur la raison 
pour laquelle il a prorogé le parlement hier, lundi 12 mai. 

Se disant pris de court, Paul Bérenger n’a pas souhaité réagir par rapport à cette nouvelle donne. En revanche Pravind Jugnauth, leader du MSM, soutient qu’il s’agit-là, d’«un signe de panique». Pour lui, «le PM joue avec l’Assemblée nationale. Il tourne l’institution en farce. Les travaux parlementaires auraient bien pu se tenir normalement tout en permettant à l’exécutif de faire autre chose».

La réaction de Pravind Jugnauth, leader du MSM.

Même son de cloche du côté de Jack Bizlall, du Muvman Premye Mai. «Le PM est en train de jouer avec nous. Il ne peut pas changer de position aussi souvent qu’il le fait actuellement. Il aurait dû laisser l’Assemblée fonctionner car il y a des dossiers importants à traiter et des questions qui méritent des réponses. On aurait pu avoir des débats à l’Assemblée nationale sur la réforme électorale avant la présentation d’un projet de loi. Nous sommes à la Cour des Miracles», commente-t-il.

Tandis qu’Ashok Subron de Rezistans ek Alternativ soutient que la réforme doit être votée avant les élections. «Je ne vois pas pourquoi il faut proroger le Parlement. Nous lançons une mise en garde à Navin Ramgoolam. Il ne faut pas qu’il fasse un show pour présenter un projet de loi et finalement pour faire des élections générales selon le système actuel Nous demandons à Navin Ramgoolam et à Paul Bérenger de discuter des points sur lesquels ils ne sont pas d’accord lors d’un débat télévisé pour essayer de dégager un consensus. Ces discussions doivent uniquement être autour de la réforme électorale et non sur une seconde République», précise-t-il cependant.

Dans son édition de ce mardi 13 mai, l’express revient également sur la marge de manœuvre du Premier ministre quant à la prorogation. Légalement, il peut même faire durer cette prorogation jusqu’aux élections générales…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires