Ramgoolam : «Ma priorité c’est de présenter un projet de loi sur la réforme électorale au Parlement »

Avec le soutien de

(Mis à jour) «Personne ne pourra entamer ma détermination à reformer le système électoral.» C’est ce qu’a indiqué le Premier ministre lors d’un point de presse ce lundi 12 mai. Il a expliqué qu’il a demandé à ce que le Parlement soit prorogé pour que justement il ait le temps de présenter un projet de loi sur la question.  Il rappellera le parlement, dit-il, dès que ce sera prêt.
 

Navin Ramgoolam a indiqué qu’après la date butoir du 5 mai, pour la soumission des propositions sur cette réforme, «nous ne nous attendions pas à recevoir autant de propositions. Nous en avons reçu 171 et avons besoin de temps pour tous les étudier et trouver un consensus».

Il en a profité pour lancer une pique à l’intention de Paul Bérenger. Plusieurs, souligne-t-il, disent que «Navin Ramgoolam pe badiné. Mais quand même une réforme de cette envergure ne se présente pas en deux jours». Il aussi indiqué que le gouvernement prend cependant toute cette question au sérieux malgré ce qui est dit. Il en veut pour preuve le fait qu’il ait demandé à l’Attorney General de se présenter en cour lors de l’appel du procès de Rezistans ek Alternativ contestant la déclaration faite aux candidats aux élections de déclarer leur appartenance ethnique. Il ajoute que plusieurs reprochent aussi à l’Etat le fait qu’il est en train de «buy for time». Mais il n’en est rien, soutient-il.«La date butoir pour la soumission des propositions c’était le 5 mai comment voulez-vous que je vienne de l’avant avec des propositions quelques jours après ?»

Trouver un accord avec le MMM

Le Premier ministre a aussi lourdement insisté sur la notion de consensus. «Même s’il est impossible d’arriver à un consensus total nous devons respecter diversité de la population, l’unité, et la stabilité du Parlement. Il faut qu’il y ait une meilleure équité et une meilleure représentation des femmes au Parlement», a-t-il indiqué. Et de souligner qu’il ne s’agit pas que de leaders politiques mais que «toute la nation est concernée», dit-il. Il ne veut pas non plus en aucun cas «imposer» cette réforme à la population.

En ce qu’il s’agit de l’opposition, le Premier ministre a indiqué qu’il devra rencontrer le leader de l’opposition. «Le Parti travailliste et le MMM doivent trouver un consensus car nous avons besoin de ¾ des votes. Il y a quelques désaccords mais nous devons trouver un accord», a-t-il expliqué.

En parlant de la rentrée parlementaire, pour laquelle il n’a pas fixée de date, il a indiqué que «la priorité dans notre discours-programme sera la réforme électorale». Par la suite le projet sera présenté et les parlementaires auront tout le loisir de débattre la question. «Nou pou kone lerla kisana ki modern e kisana ki dinozor», a-t-il déclaré.

> Extraits de la conférence de presse de Navin Ramgoolam
qui répond aux questions des journalistes.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires