Accusés d’être payés à ne rien faire, des enseignants en informatique ripostent

Avec le soutien de

Rishi Persand, le président de l’ICT Support Officers, lors d’un point de presse ce lundi 12 mai. Ce dernier avance qu’ils ont pas mal de responsabilités au sein des écoles primaires.

Régler les problèmes techniques, vérifier si les projets initiés par le ministère de l’Education sont mis en œuvre correctement, installer des logiciels et apprendre aux enseignants et aux élèves comment les utiliser, encadrer les enseignants… Ce sont-là autant de responsabilités qui incombent aux ICT Support Officers (ICTSO), soutient Rishi Persand, président de l’ICT Support Officiers Union. «Il est faux de dire qu’ils sont payés à ne rien faire», a-t-il soutenu lors d’un point de presse ce lundi 12 mai à Port-Louis.

Des personnes proches du milieu de l’Education avaient déclaré récemment que des enseignants du primaire, notamment les ICTSO et les Health and Physical Instructors étaient payés à ne rien faire. Une affirmation «fausse et ridicule», martèle Rishi Persand. «Au départ, il était prévu que les ICTSO enseignent l’informatique aux élèves. Toutefois, il y a deux ans, le ministère a décidé que cette matière devait disparaître. Du coup, le poste a été redéfini», précise-t-il. Et d’ajouter : «Nous avons alors dû tout recommencer. Notre paye est passée de Rs 14 000 à Rs 9 600. Mais nous continuons à faire notre travail et nous avons un rôle important à jouer

D’autant que, selon lui, des enseignants ne respecteraient pas leur scheme of duty. «Souvent, les enseignants refusent d’emmener leurs élèves dans les laboratoires pour des cours d’informatique. Dans toute cette histoire, ce sont les élèves qui sont les perdants», indique le président de l’ICT Support Officiers Union. Les maîtres d’école, poursuit-il, ont un rôle à jouer car ils auraient «dû veiller à ce que les enseignants effectuent proprement leur travail».

Evoquant les critiques faites par la Government Teachers Union, Rishi Persand devait déclarer que celle-ci «s’est battue pour former le poste d’ICT Support Officers. Or, maintenant, ils disent que nos responsabilités sont floues et que nous ne faisons rien tout en étant payés».

Alors que, affirme-t-il, «le ministère reconnaît ce qu’on fait. L’ICT a été enseignée pendant dix années dans les écoles et les élèves ont bénéficié d’une bonne base en informatique. Se zanfan ki avan tou bizin sorti gagnant».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires