Haltérophilie – Anthony Madanamothoo testé au Stanozolol : Le choc !

Avec le soutien de
Les membres de la MAWPLA face à la presse hier après-midi, à Vacoas. © Fabien Dubessay

Les membres de la MAWPLA face à la presse hier après-midi, à Vacoas. © Fabien Dubessay

Ce terme a retenti plus d’une fois dans l’atmosphère presque lugubre qui régnait dans la salle de conférence du centre nationale d’haltérophilie à Vacoas ce samedi après-midi 10 mai. Il a été utilisé par tous ceux qui ont pris la parole pour décrire leurs sentiments après le courriel de l’International Weightlifting Federation (IWF) faisant état de la présence d’un produit prohibé (Stanozolol) dans l’organisme d’Anthony Madanamothoo pendant sa participation aux Youth and Junior African Wieghtlifting Championships, tenus du 15 au 21 avril dernier en Tunisie. 
 
Le jeune haltérophile s’était distingué avec une médaille d’argent à l’arrachée (87 kg) et deux médailles de bronze à l’épaulé-jeté (107 kg) et au total olympique respectivement. « C’est choquant. Anthony représentait l’avenir même de l’haltérophilie locale, voire africaine», a affirmé, d’un ton triste, le président de la Mauritius Amateur Weightlifting and Powerlifting Association (MAWPLA). 
 
Une annonce aussi malheureuse est bien sûr suivie de nombreuses interrogations. Comment Anthony Madanamoothoo s’est-il retrouvé dans une telle situation ? Comment a-t-il été testé positif à cet anabolisant ? Victime ? Sabotage ? Contamination ?
 
La MAWPLA ne veut négliger aucune hypothèse. D’ailleurs, le président Poorun Bhollah affirme qu’un comité indépendant sera bientôt institué par le MJS pour explorer toutes les avenues pouvant éventuellement aider à faire la lumière sur toute cette affaire et bien sûr, remonter jusqu’au coupable. S’il devait y avoir un ou plusieurs, ils devront répondre devant les instances judiciaires, «car nous les poursuivrons», dira Poorun Bhollah.
 
L’incompréhension s’ajoute au choc chez ce dernier car selon lui, d’un côté, il y a la rigueur de la MAWPLA par rapport au concept de «sport propre» et de l’autre, il y a Jack Madanamoothoo - le père d’Anthony et lui-même ancien athlète – qui veillait personnellement toute la question nutritionnelle d’Anthony. 
 
Visiblement prostré, Jack Madanamoothoo a affirmé être à «200 % convaincu qu’Anthony est propre». N’écartant, lui-aussi, aucune piste, il a tacitement émis des doutes sur le protocole de distribution des «food supplements» – qui comprend des protéines, des créatines et des vitamines – qu’offrent le Trust Fund for Excellence in Sport (TFES) aux athlètes. Particulièrement sur celle précédant le départ d’Anthony pour la Tunisie. «Ces produits, récupérés par Gino Sooprayen, étaient restés au centre national. Anthony en a pris possession le matin de son départ. Je n’accuse personne mais il se peut que ce soit là que tout est arrivé», affirme Jack Madanamoothoo. Qui ajoute que les produits qu’il donne personnellement à son fils sont tous sujets à l’approbation du MJS à lequel il envoie au préalable tous les ingrédients composants.
 
 
Qu’est ce qui a bien pu se passer pour cet athlète ? Jusqu’ici, on ne peut rien affirmer avec certitude mais par contre ce qui est sûr, c’est que la famille Madanamoothoo est déterminée à procéder à une contre-analyse de l’échantillon B, et ce même si le MJS se refuse à la financer. 
 
Si celui-ci confirme les résultats de l’échantillon A, alors les sanctions tomberont. Anthony Madanamoothoo est exposé à une suspension maximale de deux ans dans les compétitions internationales et ses trois médailles acquises à Tunis lui seront enlevées. Quant à la MAWPLA, une amende de $ 5000 la guette. 
 

Les implications

Premièrement, Anthony Madanamoothoo ne sera pas du voyage le 20 mai prochain, à destination de Gabarone, pour les Jeux d’Afrique Jeunes. Dommage car selon Poorun Bhollah, il représentait l’espoir d’une médaille d’or. Aussi, la position qu’adoptera le TFES est attendue car l’athlète est sous la charge de cet organisme et si celui-ci décide, à la lumière des résultats de l’échantillon B et des éventuelles sanctions de l’IWF, de retirer Anthony de sa liste des bénéficiaires, ce serait un véritable coup dur. Une rencontre est prévue entre les dirigeants du TFES et ceux de la MAWPLA prochainement.
 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires