Inscription en Std I: les fraudeurs sont moins nombreux

Avec le soutien de
Des parents regardant leurs enfants à travers la vitre lors d’un exercice d’admission en «Std I» à l’école Sir Veerasamy Ringadoo, à Sodnac.© Fabien Dubessay

Des parents regardant leurs enfants à travers la vitre lors d’un exercice d’admission en «Std I» à l’école Sir Veerasamy Ringadoo, à Sodnac.© Fabien Dubessay

Le nombre de fraudes au niveau de l’inscription des élèves en Standard I a diminué. C’est ce que constatent Vinod Seegum, président de la Government Teachers Union, et Bala Ramanjooloo, président de l’Association des parents d’élèves de l’école Sir Veerasamy Ringadoo, alors que l’exercice pour l’année 2015 a démarré hier, mardi 6 mai. Une situation qui est attribuée aux nouveaux règlements mis en place l’année dernière.

«Je pense que les nouveaux règlements ont eu un effet dissuasif chez les parents», dit Bala Ramanjooloo.«Une des ruses était d’acheter le compteur d’eau ou d’électricité d’une personne habitant le Catchment Area de l’école», souligne-t-il. Pour faire admettre son enfant dans une école d’élite, un parent doit désormais obtenir un formulaire de la police qui certifie que l’adresse mentionnée est exacte. La zone d’admission de 35 écoles a également été revue.

Toutefois, Bala Ramanjooloo avoue qu’il se pourrait que quelques parents trichent toujours. «Pour les gens qui ont les moyens, ils peuvent toujours louer une maison dans le Catchment Area et présenter cette adresse au poste de police.» Vinod Seegum abondedans ce sens, en ajoutantque certains parents jouent aussi de leurs relations.

«D’habitude, chaque année nous recevons un minimum de 120 élèves. Mais cette année, nous avons reçu un maximum de 100 élèves», précise Bala Ramanjooloo.Vinod Seegum fait, lui, ressortir, qu’auparavant, à l’école Sir Veerasamy Ringadoo par exemple, 70 % des élèves qui intégraient la Std I n’habitaient pas dans le bon Catchment Area. «On note une baisse du nombre d’élèves dans plusieurs Star Schools. Par exemple, l’école d’Émilienne Rochecouste n’a reçu que 38 élèves en Std I», constate le syndicaliste.

C’est ce qui l’amène à dire que les nouveaux règlements entraînent une conséquence néfaste : les écoles se vident. «Prenons l’exemple d’Émilienne Rochecouste. Que se passera-t-il à la longue si chaque année l’école ne reçoit que 40 élèves ? Sans doute, elle fermera. Il faudrait que le ministère de l’Éducation arrive à trouver une solution à ce souci», confie VinodSeegum.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires