Les sages-femmes se disent laissées-pour-compte

Avec le soutien de

Des sages-femmes réunies lors d’une conférence de presse hier, lundi 5 mai, à l’occasion de la Journée mondiale qui leur est dédiée.

«A Maurice, les sages-femmes sont reconnues. Elles ont des promotions et des facilités auxquelles nous ici à Rodrigues nous n’avons pas droit. Ce n’est pas juste, ce n’est pas normal», lancent des sages-femmes. Lors d’une conférence de presse hier, lundi 5 mai, à Port-Mathurin, à l’occasion de la Journée mondiale des sages-femmes, plusieurs d’entre elles se sont élevées contre le fait que leur métier n’est pas valorisé.
 
«Alor mem ki, ki li avoka, medsin, politisien ou pli gran dimoun ki ekziste, zot tou inn pass dan nou lamain», soutient une des participantes. Elles ont fait de nombreuses demandes auprès des autorités régionales et nationales pour davantage de reconnaissance, mais aucune solution n’a jusqu’ici été trouvée.
 
«Pourtan dan dernie rapor PRB li klerman stipule ki bizin fer pou nou. Me ziska prezan, saken pe renvoy boul», disent-elles. Selon une correspondance qu’elles auraient reçu en décembre 2013, elles ont été informées que leur revendication «cannot be entertained», le ministère y ayant fait objection.
 
Pour autant, elles ne comptent pas baisser les bras. «Nou pu kontinie lite», affirment-elles. «Et si nous n’obtenons pas satisfaction, nous aurons recours à des actions légales», ajoutent-elles.
 
Le problème des gynécologues qui viennent dans l’île pour un «Tour of duty» d’un mois a également été soulevé lors de cette conférence de presse. Cela montre, selon les sages-femmes, que les Rodriguais sont traités «différemment». Elles proposent d’avoir recours à des gynécologues étrangers afin de remédier à ce problème.
 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires