Réforme électorale: 70 propositions remises au Premier ministre

Avec le soutien de

Le Premier ministre craint que des partis extrémistes obtiennent des sièges au Parlement si le seuil d’élection à la proportionnelle est baissé à 5 %.

La date limite pour la soumission des propositions sur la réforme électorale est arrivée. A partir de ce dimanche 4 mai, le bureau du Premier ministre (PMO) n’acceptera plus aucune proposition. Le vendredi 2 mai, selon une source à l’Hôtel du gouvernement, le PMO avait déjà enregistré 70 propositions, dont une cinquantaine envoyées par voie électronique par des particuliers ou des associations. Un expert mauricien en systèmes électoraux,  Sing Fat Chew-Chung-Lin, installé à Singapour, une association d’aide aux personnes handicapées, ainsi que l’économiste Pierre Dinan ont notamment souhaité apporté leur pierre à l’édifice. 

Le leader de l’opposition Paul Bérenger, qui a tenu une conférence de presse hier, souhaite que Navin Ramgoolam traite ce dossier le plus vite possible et présente un projet de loi sur la réforme électorale à la reprise du Parlement le 13 mai. «Nous sommes prêts à participer à la rédaction de l’ébauche. Que Navin Ramgoolam fasse voter le projet de loi. S’il est adopté, nous appliquerons la réforme dès les prochaines élections », propose-t-il.

Avant d’en arriver là, le Premier ministre et ses collaborateurs doivent étudier plusieurs points pendant les prochains jours. L’un d’eux concerne le pourcentage minimum des suffrages qu’un parti doit recueillir pour qu’au moins un de ses candidats soit élu à la proportionnelle. Dans son livre blanc, Navin Ramgoolam propose un seuil de 10% qui ne fait pas l’unanimité.

Paul Bérenger insiste pour que ce chiffre soit ramené à 7,5%. Le PMSD, le Mouvement rodriguais et plusieurs partis absents de l’Assemblée nationale estiment aussi que le seuil proposé est trop élevé. Ashok Subron, porte-parole de Rezistans ek Alternativ, souhaite qu’il soit abaissé à 5%, tout comme l’ancien président Cassam Uteem. Ainsi, argumentent-ils, tous les partis auraient une chance d’être représentés.

Le Premier ministre ne semble pas favorable à cette idée. Il a dit craindre que des «partis extrémistes» puissent obtenir un ou plusieurs députés. Toutefois, selon Bérenger, le chef du gouvernement accepterait un seuil de 8,5% avec au moins un élu au First Past The Post pour qu’un parti puisse être attribué à la proportionnelle.

Autre point de discorde : le nombre d’élus issus du rééquilibrage par la proportionnelle. Navin Ramgoolam a proposé que celui-ci concerne 16 députés, tandis que le chef de l’opposition voudrait voir 20 candidats repêchés selon cette formule et huit autres qui auraient dû être des Best Losers

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires