Fusillade à Petit-Verger: des policiers auraient fourni un alibi à Harel Philippe

Avec le soutien de

Harel Philippe serait l’un des trois tireurs à avoir participé au meurtre de Yoven Velangany.

Branle-bas de combat aux Casernes centrales. La Major Crimes Investigation Team (MCIT) approfondit ces jours-ci son enquête sur un présumé cas de faux en écriture de la part de certains policiers en poste à Grand-Baie. Il s’agirait d’une falsification commise le samedi 19 avril dans un des registres où sont consignées des entrées concernant des personnes en liberté conditionnelle. Ce afin de fournir un alibi au bouncer Harel Philippe.

Cet ancien élément de la Special Mobile Force est soupçonné d’avoir participé à la fusillade ayant coûté la vie au poissonnier Yoven Velangany à Petit-Verger, Saint-Pierre, le samedi 19 avril. Quand la police l’a cueilli quelques heures après cet assassinat, il a affirmé qu’il s’était présenté au poste de Grand-Baie à ce moment-là.

Selon la MCIT et la Criminal Investigation Division (CID) de Moka, Harel Philippe était présent à Petit-Verger lors de cette fusillade. Et il serait l’un des trois tireurs, aux côtés de son demi-frère Jean Éric Philippe et Robin Saurty, l’homme qui, selon certains éléments de l’enquête, avait un compte à régler avec Steven Mootoocurpen, le «cousin» de Yoven Velangany. De la cour d’un Africain dénommé Bakary Condé, ils ont «raté» leur cible, tuant le poissonnier d’une décharge de chevrotines.

D’après les indications recueillies par la MCIT, dirigée par le chef inspecteur Vishwamitra Rughur et l’inspecteur Ranjeet Jokhoo, les données sur le registre auraient été altérées après 17 h 18. Ce qui avait pour but de donner une certaine crédibilité à la version d’Harel Philippe. Toutefois, outre des témoignages concordants, les enquêteurs sont également en présence d’images de vidéosurveillance de la Range Rover du patron de la société Bodyguard Ltd à Petit-Verger.

À hier soir, mardi 29 avril,  la CID de Moka a procédé à l’arrestation d’un onzième suspect. Il s’agit du bouncer Mohamed Javed Acktar Dilloo, habitant Clairfonds, Vacoas. Une chasse à l’homme a été déclenchée pour arrêter les 40 autres individus suspectés d’avoir participé à l’assassinat de Yoven Velangany.

Parallèlement à cette affaire, les Casernes centrales auraient appris qu’Harel Philippe avait été contacté par un policier peu avant qu’il allait être appréhendé. Ce qui aurait pu lui donner le temps de se débarrasser de ses armes et de se séparer de ses présumés complices.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires