Le leader du PTr rend compte à son comité exécutif lundi

Avec le soutien de

Navin Ramgoolam a, une deuxième fois, rencontré le leader de l’opposition hier, jeudi 24 avril. Toutefois, le chef du gouvernement rencontrera le comité exécutif de son parti lundi prochain avant de décider de la prochaine rencontre avec Paul Bérenger. 

Le leader du Parti travailliste (PTr) réunit le comité exécutif de son parti lundi pour rendre compte de l’évolution de ses consultations avec le leader du Mouvement militant mauricien (MMM). Lors d’un point de presse à l’issue de ces consultations, le chef du gouvernement et leader du PTr a affirmé que «pena akor ant PTr ek MMM alor ki nou byen pre sirtou lor reform elektoral.»

Il a toutefois précisé que les choses vont évoluer par étapes, que les points saillants de la réforme électorale seront circulés avant les prochaines élections générales et que le texte de loi y relatif ne sera présenté qu’après.

Le Premier ministre a cependant indiqué qu’ils sont parvenus à s’entendre sur le nombre de sièges à attribuer selon la formule de représentation proportionnelle sans pour autant le préciser. «J’avais dit au moins 16. Le MMM avait dit que ce n’était pas possible. Il voulait 20+8. Finalma nou pe truv ene sif pu enn akor. Nu inn dir 10 %. MMM, si mo compran byen, inn dir kapav vinn avec 10 %», affirme le Premier ministre en parlant du seuil à atteindre par les partis politiques pour être éligibles aux sièges à attribuer selon la formule de représentation proportionnelle.

Selon lui, il y a un risque que les petits partis qui n’ont pas de poids politique créent de la division et tiennent un pays en otage. Il cite l’exemple d’Israël où deux grands partis politiques obtiennent 90 % de suffrages sans que ni l’un ni l’autre n’ait de majorité absolue. Et où les petits partis extrêmes ont un pouvoir exorbitant et «Zot ki pou gete kisann la pou form gouvernma. En Israël, pena seuil akoz sa ariv sa. Enn sitiasyon ki nou pa le pou Moris», confie-t-il.

Extraits du point de presse de Navin Ramgoolam après sa rencontre avec Bérenger hier.

Concernant la seconde République, le chef du gouvernement affirme que «ena bann negosyasion fondamental.» Selon lui, si un président a un pouvoir important il doit être «accountable». «Nou pann resi tom dakor lor la», annonce-t-il. Il ajoute que la prochaine étape sera une rencontre lundi après-midi avec les membres du comité exécutif de son parti. En ce qui concerne une éventuelle alliance PTr-MMM, Navin Ramgoolam explique qu’il faut faire les choses par étapes. «Premie réform électoral dexiem segon republik et trwaziem alians si nou tomb dakor», souligne-t-il. Interrogé sur une prochaine rencontre avec Paul Bérenger, le Premier ministre affirme qu’il discutera avec son exécutif avant.

Il concède que ce n’est pas toujours facile pour deux grands partis de parvenir à un accord. «Bann dezakor arive dan de gran parti. Li arive sa. Si ti enn gran parti ek enn ti parti ti pou fasil tomb dakor», fait-il ressortir. Il explique que son intention est de circuler le texte de loi sur la réforme électorale, de laisser le public faire des commentaires, d’aller vers les élections ensuite de le présenter à l’Assemblée nationale. «Tou zafer pas par la sanksyon du pep. Se apre eleksyon ki ti pou vinn ar sa system la», précise-t-il.

Pas d’élections prévues cette année

Interrogé sur l’éventualité d’avoir des élections anticipées cette année, il réplique qu’il n’y en aura pas. «Ena inn met dat. Kisanla kav lir dan so lespri. Pa jump», lance le Premier ministre. À propos de l’alchimie entre lui et le leader du MMM, il explique que ce n’est pas facile «amen de gro bato koste ensam. Si ti enn ti bato, nou ti pou amenn li lor nou dadak». Il a rappelé que ni lui ni Paul Bérenger ne veut faire quelque chose qui dans 10 ou 15 ans mènera à un blocus politique. «Li enn sujet complex. Ena bann desakor fondamental», a-t-il répété.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires