Bérenger évoque publiquement une possibilité d’alliance avec le PTr

Avec le soutien de

Malgré la démission d’Ivan Collendavelloo, Bérenger a gardé le sourire hier, mardi 22 avril, lors du bureau politique des Mauves.

Les deux leaders politiques se rencontrent demain, jeudi 24 avril, à Clarisse House, pour parler réforme électorale, seconde République… «et alliance». Le mot est lâché. C’est le leader du MMM lui-même qui a avoué, même si c’est en termes voilés il est vrai, l’existence de négociations concernant une possibilité d’alliance avec le PTr. C’était hier, mardi 22 avril, en début de soirée, en réponse à une question de la presse à l’issue de la réunion du bureau politique mauve.

«Mo pou al diskit avek Ramgoolam. Answit mo pou al dan BP et donn tou detay lor reform, segon repiblik. Lor kestyon lallians osi», a-t-il indiqué, en ajoutant que les options restent ouvertes….

La nouvelle rencontre entre les deux dirigeants a lieu demain, à 15 heures, à Clarisse House. Paul Bérenger pense pouvoir alors boucler les discussions avec Navin Ramgoolam. «La réunion du bureau politique du MMM du lundi 28 avril sera capitale», a ajouté le leader des mauves. Il pense qu’il sera ensuite en mesure de dévoiler tous les détails sur la réforme électorale, la seconde République et sur une éventuelle alliance.

Il s’est empressé de préciser que pour le moment toutes les options restent ouvertes, soit aller seul aux élections, un réchauffement des relations avec le MSM ou contracter une alliance avec le PTr. Il a cependant ajouté que les négociations sur une alliance avec les rouges n’ont pas encore été entamées, tout en laissant entendre qu’elles pourront l’être dès demain.

«Un seul point à éclaircir, les pouvoirs du président»

«En ce qui concerne la réforme électorale, il ne reste que deux points à régler, à savoir le seuil d’éligibilité pour les sièges à pourvoir selon la formule de représentation proportionnelle et Rodrigues, et sur lesquels il n’y aura pas de litige. Sur la question de la seconde République, il ne reste qu’un seul point important à éclaircir. Il a trait aux

pouvoirs du président. Il est entendu que le Cabinet System of Government sera maintenu. Il y a eu une proposition que le président demande à présider le conseil des ministres quand il le souhaiterait. Dessus nous ne sommes pas encore sur la même longueur d’onde», a expliqué Paul Bérenger.

Interrogé quant à son optimisme sur la conclusion d’un accord avec Navin Ramgoolam sur la seconde République alors que des négociations similaires avaient lamentablement échoué en 2010, il a affirmé que c’est sans doute parce que les deux sont «devenus plus sages depuis et que le temps avait fait son oeuvre.»


«Le départ de Collendavelloo m’attriste»

>Réaction de Paul Bérenger après la démission d’Ivan Collendavelloo,
hier, mardi 22 avril. ©Radio One.

Evoquant la démission du leader adjoint des Mauves, Ivan Collendavelloo hier, Paul Bérenger  a, dans un premier temps, attribué la décision d’Ivan Collendavelloo à des problèmes de santé. Mais à l’issue du bureau politique des mauves, hier soir, le leader du MMM s’est dit «attristé» de ce départ. «Mercredi dernier, lors de la réunion du BP, il a dit sa méfiance vis-à-vis de Ramgoolam. Presque tout le monde a cette même méfiance. Il n’est pas plus méfiant que les autres. Ivan aurait dû se sentir en famille», a-t-il déclaré sur le ton de la blague. Avant d’ajouter que «c’est dommage qu’il n’était pas là samedi. Il a donné comme raison dans sa lettre qu’il y avait des ‘unspecified additional power for the president’. Tout cela a été discuté en détail samedi. Cela aurait été mieux s’il était resté au sein des instances du MMM pour donner son avis».

Le leader adjoint de son côté refusé d’évoquer en détail les raisons de sa démission. Il a indiqué qu’il s’expliquera avant la rentrée parlementaire.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires