Rapport sur la Ring Road: Rehm-Grinaker dans le flou

Avec le soutien de
Les remous autour de la décrépitude soudaine de la Ring Road se poursuivent. La compagnie Rehm-Grinaker ,qui fait partie du consortium engagé pour sa construction, dit ne pas être au courant de la soumission d’un rapport à ce sujet.

Les remous autour de la décrépitude soudaine de la Ring Road se poursuivent. La compagnie Rehm-Grinaker ,qui fait partie du consortium engagé pour sa construction, dit ne pas être au courant de la soumission d’un rapport à ce sujet. 

Rebondissement au chapitre de la Ring Road effondrée. Rehm-Grinaker, une des deux sociétés responsables de la construction de cette route, n’a pas encore eu accès au rapport final d’Arab Consulting Engineers Moharram-Bakhoum (ACE). C’est en tout cas ce qu’affirme une source bien informée et proche du dossier. Une des seules informations dont disposerait Rehm-Grinaker est que le délai pour finir les travaux de reconstruction est fixé au 31 juillet. Une démarche que certains dans le milieu estiment «irréalisable».
 
D’autant plus que Rehm- Grinaker – qui fait partie du consortium incluant la firme Colas – ne sait pas encore quelle méthode adopter pour refaire cette partie de la route. Une information qui, selon notre source, aurait pu lui être communiquée dans le rapport.
 

Rapport soumis fin mars

 
Pourtant, en réponse à la Private Notice Question du leader de l’opposition le 1er avril à l’Assemblée nationale, Anil Bachoo a affirmé que le consultant égyptien a soumis son rapport à la Road Development Authority fin mars. Le ministre avait également déclaré que le rapport sera rendu public une fois que les parties concernées se seront mises d’accord sur les travaux de reconstruction. Or, tout porte à croire que ce serait loin d’être le cas.
 
En attendant, Rehm-Grinaker a démarré seule, sans son partenaire Colas, le déblayage sur le tronçon de la Ring Road à Pailles, jeudi. Une initiative qui fait suite à la demande du consultant dans le but, dit-on, d’«éviter d’autres effondrements».
 
Du côté de Colas, qui fait partie du consortium ayant décroché ce contrat de plus de Rs 1,2 milliard en 2009, silence radio. Sollicité par l’express, le quartier général de Colas en France a indiqué, à travers sa responsable de communication, qu’il ne donnera pas de suite à notre demande.
 
Pourtant, Anil Bachoo a déclaré au Parlement il y a deux semaines que Colas est tout aussi responsable que Rehm-Grinaker dans cette affaire. L’accord conclu entre les deux partenaires du consortium situe clairement les responsabilités de chacun sur ce projet routier. Rehm Grinaker s’est occupé de l’éclairage, du mur de rétention, des ponts, des underpass, des conduits, des bordures de trottoirs, des ronds-points et des bouches d’égout. Quant au partenaire Colas, il s’est chargé des terrassements, de l’asphaltage, des travaux routiers, du Crusher Run, du remblai et de tous les tests relatifs à la route.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires