Francophonie: après l’OI, c’est le COMESA qui soutient Maurice

Avec le soutien de
Jean Claude de l’Estrac, Secrétaire général de la COI. Ce dernier est à la tête du Secrétariat général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Jean Claude de l’Estrac, Secrétaire général de la COI. Ce dernier est à la tête du Secrétariat général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

«Le vœu que nous formulons aujourd’hui est qu’il soit donné à [Jean Claude de l’Estrac, Secrétaire général de la Commission de l’océan Indien –COI] de porter les valeurs de notre sous-région, au-delà des frontières de l’océan Indien.» A l’ouverture du Conseil de la COI le 10 avril à Moroni, El-Anrif Said Hassane, ministre des Relations extérieures et de la Coopération de l’Union des Comores et Président du Conseil, a exprimé le soutien de son pays à la candidature de Maurice à la tête du Secrétariat général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Il rejoignait ainsi le ministre des Affaires étrangères mauricien qui affirmait qu’avec «cette candidature, c’est tout l’océan Indien qui est mis à l’honneur» d’autant que «le temps de l’océan Indien est venu».

Après cet engagement des îles de l’océan Indien en faveur de la candidature de Maurice, s’est ajoutée l’expression «du plein soutien» du Marché commun d’Afrique orientale et australe (COMESA), qui regroupe 19 pays dont 8 sont aussi membres de l’OIF.

Dans son allocution lors des travaux du Conseil de la COI, le secrétaire général adjoint du COMESA, Dr Kipyego Cheluget, a fait part de l’appréciation positive du COMESA à la candidature «de qualité» de Maurice. En effet, «dans le cadre de la préparation du 11e Fonds européen de développement, Jean Claude de l’Estrac a été à plusieurs reprises le porte-parole de nos organisations régionales», à savoir, outre le COMESA et la COI, l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) et la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC).

Dans le même sens de la déclaration de soutien officiel de l’IGAD, en marge du Sommet Union européenne – Afrique les 2 et 3 avril dernier, le COMESA estime que «la candidature mauricienne est une opportunité inédite d’établir un pont nouveau entre les différents blocs économiques et culturels d’Afrique ainsi qu’avec le reste du monde, notamment francophone».

Dans une déclaration à lexpress.mu, Jean-Claude de l’Estrac a affirmé qu’il est satisfait de la campagne et du soutien qu’il reçoit des organisations sous-régionales, dont la COI, l’IGAD et maintenant, le COMESA. Toutefois, le secrétaire général préfère rester prudent car il est encore tôt. «Il faut attendre vers juillet pour qu’on y voie plus clair. Alors tous les candidats se seront déclarés et on pourra mieux analyser les rapports de forces des uns et des autres.»

Valeur du jour, les lobbies s’intensifient sur le continent africain. Pour rappel, l’OIF comprend 57 États membres, et l’Afrique est le continent le mieux représenté, avec 37 pays. Toutefois, quelques candidats de l'Afrique et du Canada n’ont toujours pas eu le soutien officiel de leur pays. Ce qui retarde leur campagne, alors que le candidat de Maurice est en train de tisser son réseau.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires