Gamma Civic et Lottotech: la bonne fortune des frères Ah Teck

Avec le soutien de
Les frères Ah Teck (ici Carl et Tommy) détiennent 75% de la compagnie Lottotech, à travers l’entreprise de construction Gamma Civic Ltd.

Les frères Ah Teck (ici Carl et Tommy) détiennent 75% de la compagnie Lottotech, à travers l’entreprise de construction Gamma Civic Ltd.

Partis de rien, les frères Ah Teck – Tommy, Patrice et Carl – ont la réussite discrète. Pourtant, ils ont bâti un véritable empire, de l’hôtellerie à la construction en passant par l’industrie du jeu. Ce week-end, ce sont les Rs 120 millions du jackpot du loto qui ont fait tourner la tête des Mauriciens. Mais derrière tous ces zéros se cachent trois frères, décrits par ceux qui les côtoient comme de fins stratèges et de redoutables hommes d’affaires.
 
Leur flair, justement, leur a permis de construire un groupe solide. Gamma Civic, une compagnie de construction et de vente d’agrégats, est aujourd’hui l’un des poids lourds de l’économie locale. «Ce sont des gens non seulement ambitieux, mais également novateurs», confie un businessman qui fréquente le clan Ah Teck au quotidien. C’est ce goût pour l’innovation qui les a poussés, en 2009, à fonder Lottotech et le désormais célèbre Loto, qui fait un millionnaire pratiquement chaque semaine. 
 
Un pari gagnant pour les frères Ah Teck, puisque l’entreprise a enregistré des revenus de Rs 3,2 milliards sur un total de Rs 5,6 milliards engrangées par Gamma Civic entre juin 2012 et septembre 2013. Détenu par Gamma Civic Ltd (75%) et la State Investment Corporation (25%), Lottotech, qui est aujourd’hui le leader de l’industrie du jeu de hasard à Maurice, s’apprête à faire son entrée en bourse en juin prochain. Le groupe compte à ce jour plus de 3000 salariés.
 

Toujours accessibles malgré le succès

 
Aussi brillants que réservés, les trois hommes d’affaires n’accordent que peu d’interviews et n’aiment pas beaucoup être sous les feux des projecteurs. Mais ils n’en restent pas moins très accessibles. «Ils prennent toujours le temps de s’entretenir avec tous ceux qui frappent à leur porte», soulignent, unanimes, ceux qui les connaissent. Les trois frères, ajoutent-ils, fonctionnent à l’admiration, à l’estime et se montrent fidèles en amitié. Des valeurs qui leur ont été inculquées par leurs parents.
 
 
Le député de l’opposition Rajesh Bhagwan se souvient des frères Ah Teck. «Etant un enfant du Ward 4, je me rendais régulièrement, lorsque j’étais enfant, à la boutique que tenait le père de Tommy, Patrice et Carl pour y faire des commissions. Le patriarche, que l’on appelait Monsieur Pierre, était un bosseur. Son épouse et lui se sont sacrifiés toute leur vie pour que leurs enfants puissent faire des études et avoir une vie meilleure. On ne peut que constater aujourd’hui que les frères Ah Teck ont fait honneur à leurs parents», explique le député. 
 
Ce dernier les recroisera bien des années plus tard, lorsqu’il occupera le fauteuil de maire à Beau-Bassin/ Rose-Hill. Les frères Ah Teck, qui connaissent déjà, à cette époque-là, le succès dans les affaires, sponsorisent de nombreuses activités organisées par la mairie. «S’ils ont brillamment réussi, ils ont su garder la tête froide et rester très accessibles. Ils n’ont jamais hésité à aider et ont notamment sponsorisé l’Union sportive de Beau-Bassin/ Rose-Hill», lâche le député mauve. Et de conclure : «La réussite des frères Ah Teck est pour moi le résultat du sacrifice d’un père et d’une mère qui ont travaillé dur toute leur vie afin d’offrir à leurs enfants un avenir meilleur. Ces mêmes enfants font aujourd’hui honneur à leurs parents».
 

Donations politiques

 
Le député mauve ne semble pas tenir rigueur aux frères Ah Teck de leur proximité avec le Parti travailliste, et plus particulièrement avec le Premier ministre, Navin Ramgoolam. «S’ils peuvent aider, ils le font volontiers. Et cela sans forcément attendre un retour d’ascenseur», assure-t-on dans l’entourage des Ah Teck lorsqu’on évoque un éventuel coup de pouce à la campagne des travaillistes lors des élections. Dans l’Annual Report 2011 du groupe, il est ainsi indiqué que Rs 7 millions de donations politiques ont été faites en 2010.  
 
 
Si le clan Ah Teck a la réussite discrète, elle n’en rejaillit pas moins sur la communauté chinoise dans son ensemble. C’est en tout cas ce que soutient le président de la Mauritius Chinese Chamber of Commerce, Laval Leong. «Les frères Ah Teck font aujourd’hui la fierté de la communauté chinoise. Et s’ils ont brillamment réussi dans les affaires, notamment en étant présents dans divers secteurs d’activités, ils sont restés des gens humbles, simples et très accessibles», confie-t-il.
 

L’ombre de Gamma Coventa

 
Seule ombre au tableau de ce parcours sans faute : le projet Gamma Coventa, à La Chaumière. Ce projet de centrale à charbon a en effet fait couler beaucoup d’encre et cristallisé les passions. Une polémique dont se serait bien passé le clan, dont la philosophie a toujours été de s’engager pour le développement de l’île. 
 
«Nous sommes une entreprise mauricienne. Nous aimons notre pays et nous voulons améliorer la qualité de vie des Mauriciens, des générations à venir. La gestion des déchets est un grand problème à Maurice. Nous offrons une solution sans risques et pleinement compatible avec les objectifs et la philosophie du projet Maurice île durable», affirmait Carl Ah Teck au plus fort de la contestation. Mais loin de ces préoccupations, les Mauriciens avaient hier, samedi 12 avril, les yeux rivés sur les petites boules du Loto.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires