Investissement: comment réussir en Afrique…

Avec le soutien de
Connaître les subtilités propres à chaque région, civilisation et ethnie est indispensable si l’on veut réussir dans le monde des affaires en Afrique.

Connaître les subtilités propres à chaque région, civilisation et ethnie est indispensable si l’on veut réussir dans le monde des affaires en Afrique.

Il ne suffit pas d’étendre le bras pour récolter les trésors du nouvel El Dorado de l’investissement. Investir en Afrique demande une connaissance pointilleuse du terrain, des risques et des différentes opportunités. Dans ce contexte, le Mauritius Africa Club a organisé une conférence sur les opportunités et la complexité du monde des affaires africain ce vendredi 11 avril dans les locaux de la compagnie BDO, à Ebène. 
 
Trois intervenants maîtrisant les complexités africaines se sont succédés afin d’apporter leurs connaissances sur le sujet à la quarantaine de représentants d’entreprises mauriciennes qui ont répondu présidents. Il s’agit des fondateurs du club : Amédée Darga, Chairman d’Enterprise Mauritius, Rama Sithanen, ancien ministre des Finances et actuel Chairman d’International Financial Services (IFS), et Afsar Ebrahim, Deputy Group Managing Partner de BDO. 
 
Amédée Darga a livré une méthodologie pour appréhender au mieux les risques liés à l’investissement en Afrique.
 
 
Amédée Darga s’est évertué à expliquer les complexités et les particularités propres aux pays, régions, civilisations et ethnies africaines. Il a présenté une méthodologie d’évaluation des risques qui tient compte de ces différents facteurs. «Chaque civilisation fonctionne différemment, il faut donc comprendre les lignes de fractures pour comprendre les situations conflictuelles», a-t-il fait valoir.
 
De son côté, Rama Sithanen a énuméré les différentes opportunités d’investissement sur le continent. Selon l’ancien ministre des Finances, le choix du secteur dans lequel on souhaite se lancer est primordial. Les ressources naturelles et l’agriculture font partie des secteurs les plus prometteurs, a-t-il indiqué, avant d’expliquer que Maurice a de gros avantages par rapport aux pays européen. Sa proximité avec le continent, sa réussite exemplaire et ses bonnes relations avec de nombreux pays africains en font un partenaire d’affaires très apprécié sur le continent, a soutenu le Chairman d’IFS.    
 
Enfin, Afsar Ebrahim, fort de la réussite de BDO en Afrique, a brossé un tableau du monde des affaires sur le continent. A travers le récit de ses expériences personnelles, il a mentionné les erreurs à ne pas commettre et les bonnes attitudes à adopter pour réussir dans de telles entreprises. Le Deputy Group Managing Partner a toutefois déploré le fait que les employés mauriciens rechignent à s’expatrier à Afrique, car les ressources humaines locales seraient d’une grande aide.
 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires