Affaire Medpoint : le procès de Pravind Jugnauth débute ce mercredi

Avec le soutien de
Pravind Jugnauth dit «attendre son procès de pied ferme», et a promis une surprise à navin Ramgoolam.

Pravind Jugnauth dit «attendre son procès de pied ferme», et a promis une surprise à navin Ramgoolam.

Le procès de Pravind Jugnauth dans l’affaire Medpoint débutera mercredi en cour intermédiaire. Seize personnes sont assignées à comparaître en tant que témoins. Cependant, l’affaire qui s’ouvre devant la justice se joue aussi sur le plan politique.

« Vendetta politique », clame Pravind Jugnauth depuis son inculpation formelle, le 15 mars dernier, pour conflit d’intérêts dans le rachat par l’Etat de la clinique Medpoint pour la somme de Rs 144 millions en 2010. « J’attends ce procès de pied ferme et je prouverai mon innocence », assure-t-il. Le leader du MSM a même promis une surprise à Navin Ramgoolam lors du procès.

Quelle est cette surprise ? Selon nos sources, les avocats de la défense réclameront les mémos du conseil des ministres qui font état de la décision d’acheter la clinique du Dr Krishan Malhotra, le beau-frère de Pravind Jugnauth. Jusqu’ici, l’ancien ministre des Finances s’est vu refuser l’accès à ces documents du Cabinet.

La défence basée sur les mémos

Pravind Jugnauth avait bien obtenu, dans un jugement de mars 2012, la permission de consulter ces documents au siège de la commission anti-corruption. Mais il a refusé de se rendre à l’ICAC. Il semble qu’il compte aujourd’hui encore baser sa défense sur ces fameux mémos.  

S’il est reconnu coupable de conflit d’intérêts, Pravind Jugnauth encourt une peine maximale de dix ans de prison, selon l’article 35(2) de la Prevention  of Corruption Act. S’il est condamné avant les élections générales, il fera sans doute appel et demeurera ainsi député. En attendant le jugement en appel, il pourra certainement être candidat aux législatives, qui sont prévues au plus tard en novembre 2015.

Néanmoins, ses adversaires auront un solide argument contre lui. «Pourquoi voter pour quelqu’un qui risque de perdre son siège ?», n’hésiteront pas à répéter les candidats rouges et bleus. Mais si le leader du MSM parvient à prouver son innocence en première instance, il se trouvera en position de force.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires