2011 dans le monde: L''Afrique sub-saharienne aux prises avec le terrorisme et la piraterie

Avec le soutien de

Dans notre série intitulée « 2011 dans le monde », nous vous proposons ce mercredi un regard sur l’économie africaine et les défis du continent face au terrorisme et a la piraterie (en 2 volets), de même qu’un retour sur la guerre en Irak et en Afghanistan. Voici la 2e partie.

L''''Afrique subsaharienne est confrontée à une lutte difficile contre le terrorisme et la piraterie, des fléaux qui perturbent depuis longtemps la région qui s''étend de la Somalie jusqu''au Nigeria, et qui viennent compliquer une situation déjà délicate en matière de sécurité dans la région.

Les insurgés shebabs ont été chassés de la capitale somalienne, Mogadiscio, en août, lorsque le gouvernement somalien internationalement reconnu (TFG), soutenu par les forces d’intervention de l’Union africaine,&nbsp a repris pour la première fois le contrôle de 95% de la ville. Le Kenya a lancé de son côté une opération militaire dans le sud de la Somalie le 16 octobre, en réponse à l''enlèvement d''étrangers sur son territoire par les miliciens shebabs, de peur que ce genre de pratiques n''affecte le tourisme, principale industrie du Kenya, qui est la première économie d''Afrique orientale.

En guise de représailles, les miliciens shebabs, qui contrôlent toujours une vaste partie du sud et du centre de la Somalie, ont lancé une série d''attaques meurtrières à la grenade au Kenya, faisant plusieurs victimes civiles.

La Somalie n''a pas eu de gouvernement central fort pendant deux décennies, après le renversement en 1991 de Mohamed Siyad Barre, l''ancien homme fort du pays. Depuis, le pays a été plongé dans la terreur. La guerre contre le terrorisme dans ce pays de la Corne de l''Afrique pourrait s''avérer longue et difficile.

AFRIQUE DU NORD. La branche d''Al-Qaïda en Afrique du Nord, AQMI&nbsp (PHOTO), est originaire du mouvement salafiste algérien. Elle est active dans les pays du Sahel depuis 2006, notamment au Mali, en Mauritanie et au Niger. Elle opère principalement dans le domaine des enlèvements et du trafic de drogue. Parmi les otages européens kidnappés par AQMI, un Britannique et trois Français ont été exécutés. A ce jour, le groupe terroriste, qui aurait sous ses ordres des centaines de membres en opération à travers le vaste désert de la région, détient toujours au moins neuf otages européens - six Français, deux Espagnols et un Italien.

La menace croissante posée par AQMI a conduit à des actions communes entre des pays du Sahel comme l''Algérie, le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

LE NIGERIA. De son côté, le Nigeria a été le théâtre de plusieurs attentats et actes de violences inter-religieux dans la région du&nbsp Nord. Le dernier, survenu entre le 24 et le 25 décembre, a fait une quarantaine de morts. Notamment&nbsp lors de la messe de Noël à Madalla, où une bombe a causé 35 décès parmi les fidèles. L''explosion d''une seconde bombe à Jos aux abords d''une église évangéliste a tué un agent de police.

"Boko Haram", un groupuscule en faveur de la création d''un État islamiste a revendiqué l''action menée contre l''église de Madalla ainsi que d''autres attaques qui ont fait en décembre&nbsp plus de 150 victimes mortelles, selon les estimations.

LA PIRATERIE. La piraterie est devenue un fléau endémique sur les côtes orientales et occidentales de l''Afrique. Le problème des pirates somaliens constitue un véritable casse-tête le long de la côte orientale, voire jusqu''au Golfe d''Aden, l''une des voies les plus fréquentées du monde maritime, et ce malgré la présence d''une force navale multinationale dans l''océan Indien.Les chiffres sont consternants: au total, 199 navires ont été attaqués par les pirates somaliens entre janvier et septembre, contre 126 attaques signalées durant la même période en 2010.

Grâce à la multiplication des patrouilles de la force multinationale dans la région, les neuf premiers mois ont néanmoins vu une baisse du nombre de navires détournés, avec 24 navires détournés contre 35 pour la même période en 2010.

Sur la côte occidentale, les détournements opérés par des pirates dans l''océan Atlantique sont fréquents, en particulier dans le Golfe de Guinée, une région riche en pétrole qui s''étend de la Guinée au nord-ouest à l''Angola au sud. Le Bénin est parmi les pays les plus durement touchés cette année, avec au moins 20 incidents de piraterie signalés jusqu''à présent, alors qu''en 2010, aucun cas n''avait été signalé.Le nombre de navires osant encore croiser le long de la côte du Bénin a en conséquence chuté de 150 à moins de 50 par mois.

Ce fléau cause beaucoup d''inquiétudes dans le monde. La coopération en matière de sécurité est en train d''être renforcée pour faire face à cette menace.Le Bénin et le Nigeria, deux pays voisins, ont lancé des patrouilles conjointes en mer. Les Etats-Unis et l''Espagne ont également offert leur aide au Bénin dans la lutte contre la piraterie.

En novembre, une équipe de l''ONU a visité le Bénin, le Nigeria, le Gabon et l''Angola pour coordonner la lutte contre la piraterie, alors que la Communauté économique des Etats d''Afrique occidentale (CEDEAO), qui compte 15 membres, a déclaré qu''elle tiendrait un sommet début 2012 afin de discuter d''une action commune.

Source : Chine Nouvelle

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires