2011 dans le monde : Birmanie, l’année de l’ouverture

Avec le soutien de

Nous poursuivons notre série «&nbsp 2011 dans le monde », ce jeudi, avec (i)les catastrophes naturelles, (ii)la mort de Ben Laden, l’affaire DSK et (iii) l’ouverture politique en Birmanie et la mort du leader « bien-aimé » en Corée du Nord. En voici le 3eme volet.

En Birmanie, 2011 a été l’année de l’ouverture. Au mois de mars, la junte militaire est dissoute. Elle est remplacée par un gouvernement « civil », dirigé par&nbsp l’ex-général Thein Sein, et&nbsp composé d’anciens militaires et de quelques civils. Le «&nbsp nouveau » gouvernement prend dès lors une série de mesures pour desserrer l’étau&nbsp et amorcer l’ouverture et le dialogue avec l’opposition.

L''''accès Internet aux sites des journaux d''opposition Democratic Voice of Burma et The Irrawaddy est autorisé, les journalistes – locaux et étrangers – sont autorisés à couvrir les débats parlementaires et les médias ont le droit de publier des articles sur le sport, la technologie, la santé et la littérature enfantine, sans passer préalablement par le bureau de la censure. Mais en parallèle, des journalistes emprisonnés voient leurs condamnations prolongées. La liberté de la presse est encore loin d''être une réalité en Birmanie.

Le 6 septembre, la Birmanie met en place une Commission nationale sur les droits de l''homme et reconnaît, pour la première fois, l''existence de "prisonniers de conscience" dans le pays. Le 12 octobre, 200 prisonniers politiques sont libérés. Mais il en reste encore plus de 2000 dans les prisons birmanes. Toujours en octobre, la loi sur les syndicats est entrée en vigueur le 14 octobre. Les Birmans peuvent désormais se syndiquer et faire grève. Puis en novembre, la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti de l’opposante historique et lauréate du Prix Nobel de la Paix, Aung San Suu Kyi, est reconnue légalement. La LND est désormais en mesure de présenter des candidats, dont Mme Suu Kyi elle-même, aux législatives partielles attendues d’ici quelques mois.

Reste que la prudence demeure quant à la consolidation de cette ouverture?: il n’est nullement dit que les avancées en cours ne soient pas réversibles. La secrétaire d''Etat américaine, Hilary Clinton, qui a effectué une visite dans ce pays, début décembre, a salué cette réintégration de la LND dans le jeu politique, mais elle&nbsp est restée ferme vis-à-vis du régime birman, insistant sur la nécessité de mener d''autres réformes. Ainsi, contrairement à ce que demande la Chine, la levée des sanctions internationales n''est pas envisagée par les Etats-Unis dans l''immédiat.

Corée du Nord : la mort du «&nbsp leader bien-aimé»

En Coré du Nord, c’est la mort du&nbsp « leader bien-aimé » qui marquera le plus l’année 2011. Kim Jong-il est décédé&nbsp le 17 décembre d''une crise cardiaque, à l’age de 69/70 ans. Ses funérailes ont eu lieu le 28 décembre, et son fils, Kim Jong-un, est intronisé le lendemain. Une succession rapide et sans problème, puisqu’elle a été méticuleusement préparée depuis trois ans, pour passer les rênes au jeune prince rouge et assurer la pérennité de la dynastie fondée en 1948 par son grand-père, Kim Il-sung.

Kim Jong-il lègue à son fils un pays pauvre, mais hautement militarisé, les dépenses militaires prenant la part du lion dans le budget national. La Corée du Nord connaît, en 2011, comme les années précédentes, une pénurie alimentaire récurrente, et la menace de la famine dans plusieurs régions hors de la capitale Pyongyang.

L’autre dossier chaud qu’héritera le jeune leader : le programme nucléaire nord-coréen. Kim Jong-un, parait-il, a la capacité de résister aux pressions occidentales et de poursuivre le programme nucléaire nord-coréen, y compris sa dimension militaire. Le pays sera en mesure de fabriquer la bombe atomique d’ici 2 ans.

Le jeune dirigeant aura par ailleurs l’occasion d’amorcer la réforme de l’économie de ce pays dont les grandes richesses du sous-sol sont quasiment inexploitées. Il pourrait opter pour le modèle chinois, c’est-à-dire une économie forte et un parti (communiste) omniprésent.

Mariage du prince William et autres événements…
Et pour clore ce papier, nous vous proposons quelques autres événements dans le monde (une chronologie non exhaustive, bien sûr) que nous n’avons pu aborder jusqu’ici.

Janvier : un attentat-suicide à l''aéroport de Moscou-Domodedovo fait 35 morts. En Côte d’Ivoire, en mars, Alassane Ouattara&nbsp remporte la présidentielle. Des combats entre l’armée qui soutient Laurent Gbagbo et les forces fidèles à Ouattara éclatent dans la capitale. Gbagbo est arrêté en avril dans sa résidence d''Abidjan où il s''était retranché avec son épouse Simone et quelques fidèles. Il sera ensuite transféré à La Haye, auprès de la Cour pénale internationale, sous une accusation&nbsp de crimes de guerre, entre autres. Ouattara est investi président de la Côte d''Ivoire lors d''une cérémonie à Yamoussoukro en mai.

Avril : Le président américain Barack Obama officialise sa candidature à un second mandat, dans un courriel envoyé à ses partisans et une vidéo diffusée sur le site Internet de sa campagne pour l''élection de novembre 2012.Le chanteur populaire Michel Martelly remporte l''élection présidentielle à Haïti. Le 29 avril, le prince William, deuxième dans l''ordre d''accession au trône d''Angleterre, épouse à Londres sa petite amie de longue date Catherine Middleton.

Julliet : le 9, le Sud-Soudan proclame son indépendance et devient le 193e pays reconnu par les Nations Unies et le 54e Etat africain. Cela après plusieurs années de guerre avec le Nord. Le 22 juillet, un Norvégien de 32 ans, Anders Behring Breivik, fait exploser une bombe devant le siège du gouvernement à Oslo faisant huit morts, avant de se rendre sur l''île d''Utoya où se tenait un camp de jeunesse du Parti travailliste au pouvoir et, déguisé en policier, d''y tuer par balles 69 personnes, dont de nombreux jeunes. Il est toujours en détention, en attendant l’ouverture de son procès.

Septembre : le 2 juillet, la Turquie expulse l''ambassadeur israélien et suspend la coopération militaire avec l''Etat hébreu, en raison du refus d''Israël de présenter des excuses pour le raid contre une flottille pour Gaza, au cours duquel neuf Turcs avaient été tués en mai 2010. Le11,&nbsp les Etats-Unis marquent le dixième anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 avec l''inauguration d''un Mémorial sur le site de Ground Zero à New York. Le 25: Le roi Abdallah d''Arabie saoudite annonce que les femmes pourront voter lors des élections municipales prévues en 2015, une première dans l''ultra-conservateur royaume wahhabite. OCTOBRE:

Octobre : le 7 octobre, le prix Nobel de la Paix 2011 est décerné à trois femmes: la présidente du Liberia Ellen Johnson Sirleaf et deux militantes des droits de l''Homme -la Libérienne Leymah Gbowee et la Yéménite Tawakkul Karman. Le 30,&nbsp la population mondiale franchit le cap des sept milliards d''habitants avec la naissance d''une petite fille, Danica May Camacho, née à Manille à 23h58.

Novembre, 13 : Plus de 3 000 policiers et soldats, appuyés par des véhicules blindés et des hélicoptères, reprennent le contrôle de Rocinha, la plus grande favela de Rio de Janeiro, sous l''emprise depuis des décennies d''un puissant gang de narcotrafiquants. Le 29, des étudiants iraniens radicaux prennent d''assaut l''ambassade de Grande-Bretagne et la résidence de l''ambassadeur à Téhéran, descendant le drapeau de l''Union Jack.

Décembre, le 9, les résultats de l''élection présidentielle en République démocratique du Congo donnent le président sortant Joseph Kabila vainqueur.Ces résultats sont contestés par l’opposition qui parle de fraudes massives. Le 11, les délégués de 194 nations participant à la conférence de l''ONU sur le climat trouvent à Durban, parviennent à un accord pour commencer l''an prochain des négociations sur un nouveau traité contraignant légalement les pays à mettre en oeuvre de nouveaux engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le décembre, l''Organisation mondiale du Commerce accepte la Russie comme nouveau membre, après plus de 18 ans de négociations pour l''intégrer.

Sources : Le Monde.fr, Reuters, Le Figaro.fr, Libération.fr, AFP, l’Humanité.fr.

Demain 30 décembre, nous vous proposerons la dernière partie de notre série « 2011 dans le monde » consacrée au Printemps arabe (en 3 volets).

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires