Élections à Madagascar : la CENIT parvenue à la croisée des chemins

Avec le soutien de

La Commission électorale nationale indépendante pour la transition (CENIT) se trouve à la croisée des chemins à propos du calendrier électoral. La Communauté internationale n’entend pas céder (Photo : Béatrice Atallah présidente de la CENIT, et Jean Christophe Belliard, ambassadeur de France, à l’issue de leur rencontre ce vendredi 6 juillet).

La Communauté internationale fait monter les enchères. La Communauté internationale en général, le principal partenaire financier de Madagascar pour les prochains scrutins en particulier, mettent les bouchées doubles afin de voir la CENIT s’aligner sur le calendrier électoral préconisé par les Nations unies avançant des élections jumelées en mai/juin 2013.

La possibilité de fonds financier disponible presque immédiatement, ainsi que l’éventualité de la reconnaissance internationale à l’issue des scrutins version Nations unies, pourraient faire pencher la balance définitivement.

Léonidas Tezapsidis, représentant résident de l’Union européenne (UE) à Madagascar, a mis dans la balance la possibilité d’octroi de liquidités pour les nouveaux démembrements territoriaux dans un laps de temps relativement court. « À condition qu’un calendrier électoral soit évoqué par la CENIT jusqu’à la mi-juillet, elle peut envisager de demander une proposition d’utilisation d’instrument de stabilité, qui pourrait être mobilisé dans un mois, et qui pourrait être affecté à la formation des démembrements », avait déclaré l’ambassadeur européen hier en marge de la signature d’une convention entre l’Agence française de développement (AFD) et le Cap-export.

Date butoir

La semaine dernière, une source avisée rapportait déjà que l’UE avait demandé officieusement à la CENIT de se positionner « jusqu’à la mi-juillet, afin de pouvoir honorer le processus de déblocage des fonds ». Une importante réunion est en effet annoncée se dérouler « très prochainement dans les plus hautes instances de Bruxelles sur la question ». L’UE est rejointe sur ce point par la France. Jean Christophe Belliard, ambassadeur de France à Madagascar, s’est positionné en faveur d’une décision à venir de la CENIT sur le calendrier électoral. Le successeur de Jean Marc Chataigner avait en outre expliqué que « la France attend ce que la CENIT va décider, mais (...) qu’elle soutiendra cette décision », à l’issue de sa première visite officielle à la CENIT hier à Alarobia.

Rien n’est cependant décidé à Alarobia, du moins officiellement. Béatrice Atallah, présidente de la CENIT, avait noté hier que rien n’est décidé actuellement sur le calendrier électoral, rappelant au passage que le processus devant permettre une définition de ces dates officielles n’est pas arrivé à terme. « Nous verrons bien prochainement. Le calendrier attend les lois spécifiques », a résumé le numéro un de la CENIT hier. Pour la Communauté internationale, la question se résume en quelques mots, soit un calendrier épousant les grandes lignes de celui formulé un premier temps par la délégation d’experts onusiens emmenés par Akinyemi Adegbola, une version confirmée officiellement la semaine dernière par un adjoint de Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies.

Ce signal de la CENIT en faveur des élections jumelées l’année prochaine, parallèlement aux recomman¬- da¬tions des Nations unies, pourrait intervenir plus tôt que prévu, peut-être même dès le début de la semaine prochaine, conformément aux aspirations de l’Europe. Un revirement de situation à travers un nouveau positionnement de la CENIT en faveur des élections jumelées en 2013 ne constituerait plus ainsi une surprise.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires