Il y a 53 ans: l’express évoque un projet de base militaire à Diego Garcia

1 sep 2018 17:19

Le 1er septembre 1965, le quotidien l’express publie en première page une information relative à un projet de base militaire à Diego Garcia. En effet, le journal reproduit des extraits d’un article du Times of India, en date du 23 août de la même année. 

Le journal indien publie un texte intitulé «Search for New bases» signé K.C. Khanna. Dans sa correspondance, le rédacteur basé à Londres avance que le gouvernement britannique, dirigé par le travailliste Harold Wilson, conscient de la vulnérabilité des bases militaires existantes a poursuivi un travail commencé par les Conservateurs. «The Wilson administration has continued to work with the Americans on a Tory plan to establish joint staging posts and refueling stations on a string of unpopulated and, therefore politics-proof islands in the Indian Ocean.» 

Le correspondant du Times of India révèle qu’une étude menée conjointement par des Britanniques et des Américains avait porté sur les Seychelles, Diego-Garcia, les Îles Cocos et Maurice. «The Tory government had begun a survey of the Seychelles group of Islands, Diego Garcia, a dependency of Mauritius, Cocos Islands and Mauritius itself in the beginning of 1964 jointly with the Americans with a view to setting up an alternative line of defence to Aden and Singapore», écrit K.C. Khanna. 

On se rappelle qu’en ce mois d’août 1965, Singapour a quitté la fédération de la Malaisie pour devenir une République indépendante. Aussi, l’instabilité à Aden, un territoire au Sud du Yemen, abritant une base britanniques avait poussé la Grande Bretagne à prévoir l’indépendance du territoire. 

Les autorités britanniques créent en novembre 1965, le British Indian Ocean Territory (BIOT). Ce faisant, elles enlèvent à Maurice la souveraineté sur l’Archipel des Chagos en le détachant du territoire  mauricien. Cela en violation de la Résolution 1514 votée en décembre 1960 par les  Nations Unies. Cette résolution interdit à tout pouvoir colonial de démanteler le territoire d’un pays accédant à l’indépendance.

Cet acte a toujours été contesté par l’Etat mauricien. A partir du lundi 3 septembre 2018, le Cour International de justice de la Haye écoutera les arguments des représentants de plusieurs Etats avant de donner un avis consultatif sur l’action des autorités britanniques et la souveraineté de Maurice sur les Chagos. 

Voir plus...